publicité

INNOVATION

 

Bloomberg Mayors Challenge : Barcelone, grande gagnante

28/11/2014 | par Marjolaine Koch | Toute l'actualité

bloomberg © DR

Michael R. Bloomberg, l’ancien maire de New York, lançait il y a un an son concours « Bloomberg Mayors Challenge » à l’échelle européenne : il proposait d’offrir cinq millions d’euros à la ville ayant développé l’idée la plus innovante. Parmi les 155 postulants, Barcelone a raflé la mise.

C’est le projet « Vincles BCN » qui a séduit le jury du Bloomberg Mayors Challenge : il est destiné à soutenir les personnes âgées isolées, et ce, au moyen d’une application judicieusement pensée. À Barcelone, un habitant sur cinq est âgé de plus de 65 ans ; en 2040, la proportion sera d’un sur quatre.

Avec l’allongement de la durée de vie, la ville – comme beaucoup d’autres – est aux prises avec de nouveaux problèmes de santé, où l’isolement social, auquel s’ajoutent les déficiences se développant avec le grand âge, peuvent provoquer de véritables drames. Pour régler cette question, le maire centriste, Xavier Trias, a choisi de développer une solution adaptée, mêlant à la fois les nouvelles technologies et le réseau de proches des personnes âgées.

 

Mini-réseau social

Ce projet « Vincles BCN » se présente sous la forme d’une application simplifiée. L’objectif est de mettre en relation, par ce biais, toutes les personnes que côtoie le retraité. Membres de la famille, amis, voisins, travailleurs sociaux et volontaires constituent alors un mini-réseau social au sein de l’application, instaurant ainsi une « chaîne de confiance » pour la personne isolée.

Membres de la famille, amis, voisins, travailleurs sociaux et volontaires forment une « chaîne de confiance » pour la personne isolée.

Le dispositif pourra prendre soit la forme d’un dispositif téléphonique, soit celle d’une tablette tactile : dans ce cas, l’application a été pensée de manière à être simplifiée au maximum, au moyen de grands pictogrammes aux couleurs distinctes. Ce programme permet de communiquer entre membres, d’organiser l’assistance lorsque cela est nécessaire et de maintenir un lien. 

Gros avantage : l’initiative met en lien les proches et les travailleurs sociaux, qui ont rarement l’occasion de se croiser. Ils peuvent ainsi s’informer d’un événement et réagir plus vite, ou bien se laisser des consignes sur des rendez-vous à prendre, des points à surveiller, la nécessité de se réapprovisionner, etc. Quant à la personne âgée, elle peut prévenir rapidement la personne de son choix en cas de problème.

 

Un coup de pouce à cinq millions d’euros

L’application, dont le développement est en phase finale, va donc bénéficier d’un sacré coup de pouce avec les cinq millions d’euros attribués par le concours. Ces fonds ne sont pas débloqués en une fois : ils seront distribués graduellement sur une période de deux à trois ans, en fonction de l’avancée du projet.

Suite au dépôt de son dossier en janvier dernier, Barcelone faisait partie des vingt finalistes retenus par le jury, composé d’experts européens en innovation et en politique urbaine. Ils ont bénéficié d’une première aide : la participation au Bloomberg Ideas Camp, un séminaire de deux jours où des spécialistes en matière de politique, de programmes et d’innovation pouvaient les aider à affiner leur projet.

Si Barcelone a décroché la première place, c’est aussi parce que son initiative est facilement transposable.

Actuellement, une vingtaine de personnes testent la toute première version. Début 2015, 200 usagers ayant déjà recours au système de téléassistance municipale rejoindront le groupe de testeurs. Dans le courant de l’année, l’application devrait être déployée auprès de 20 000 habitants.

Si Barcelone a décroché la première place de ce concours, c’est aussi parce que son initiative est facilement transposable aux autres villes ; c’est d’ailleurs l’ambition du maire. Selon lui, « les nouvelles technologies appliquées au bienêtre des personnes génèrent de la richesse économique d’une part, mais aussi une richesse intangible : l’amélioration de la qualité de vie des habitants. Notre projet mêle de manière assez excitante les nouvelles technologies propres à une ville intelligente et le lien social entre les personnes. C’est évident que le projet servira à d’autres villes par la suite. »

 

Succès pour la première édition européenne

Après la version états-unienne, le Bloomberg Mayors Challenge traversait l’Atlantique pour proposer son concours d’innovation aux villes européennes. Toutes les communes de plus de 100 000 habitants pouvaient soumettre leur candidature, soit 600 villes. L’opération fut un beau succès, puisque finalement 155 dossiers provenant de 28 pays ont participé à la compétition.

L’objectif est de récompenser la créativité et les idées visionnaires, les retombées possibles sur l’économie, la transférabilité du projet à d’autres villes, ainsi que la viabilité de son déploiement.

L’objectif est de récompenser la créativité, les idées visionnaires et les retombées possibles sur l’économie.

 Pour cette première édition, cinq villes ont été récompensées :

- Barcelone (Espagne), pour son réseau de soin collaboratif pour mieux vieillir ;

- Athènes (Grèce), pour sa plateforme publique destinée aux citoyens engagés ;

- Kirklees (Royaume-Uni), pour « Kirklees Shares », une plateforme d’économie partagée destinée à mieux exploiter les ressources locales inutilisées ;

- Stockholm (Suède), pour « Biochar », un programme à l’échelle de la ville pour inciter les habitants à déposer leurs déchets organiques dans des récupérateurs, afin d’en faire des biocombustibles ;

- Varsovie (Pologne), pour « Virtual Warsaw », un système d’information urbain destiné aux malvoyants.

Outre Barcelone, les quatre autres lauréats sont chacun repartis avec un prix d’un million d’euros. Pour l’instant, la fondation Bloomberg n’a pas précisé si elle renouvellerait son challenge en Europe. 

Varsovie développe un système d’information urbain pour les déficients visuels
Parmi les gagnants décrochant la seconde place se trouve « Virtual Warsaw », un projet développé par la capitale polonaise. Varsovie est partie du principe que les aveugles et les déficients visuels sont trop souvent coupés de la société et forcés, au moindre déplacement urbain, d’y consacrer énormément de temps. Pour faciliter la mobilité de cette population, des milliers de balises devraient être installées aux points cruciaux de la ville, capables de communiquer avec les utilisateurs grâce à une application mobile.
Le principe de cette application est d’offrir une technologie de microlocalisation qui, tel un super GPS, peut guider une personne, y compris dans un immeuble équipé. Au moment de faire la queue dans une administration, elle a le moyen, grâce à cette application, de prendre un ticket virtuel et d’être avertie quand son tour arrive.
Enfin, les bâtiments reliés à cette technologie pourront transmettre, dès l’arrivée dans le hall, les informations nécessaires liées au lieu, aux administrations ou aux entreprises hébergées sur le site. Une fois en place, ces outils devraient permettre de gagner un temps non négligeable lors de leurs déplacements en transports en commun, mais aussi de gagner en indépendance. Pour concrétiser ce projet, Varsovie touchera un million d’euros de la part de la fondation Bloomberg.

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité