VILAINES MANIES

 

Directeur du logement : entre professionnalisme et clientélisme, une position intenable

03/12/2014 | par Nicolas Braemer | Toute l'actualité

monopoly_hotels_de ©NODEROG –ISTOCK

La clientélisme, premier critère d'attribution des logements sociaux ? Heureusement non. Mais certaines pratiques ont la peau dure. Nous avons rencontré deux témoins, dont un directeur du logement à la carrière écourtée. Ils racontent leur expérience récente, sous le sceau de l’anonymat. Édifiant.

Ils sont ou ont été directeurs du logement dans de grandes villes à fort taux de logements sociaux dans la première moitié de la décennie 2010. L’un dans le Sud de la France, l’autre en banlieue parisienne.

Pour eux, les règles de commission d’appel d’offres étaient bafouées régulièrement, les mettant au passage dans une situation très inconfortable. « J’étais positionné entre l’homme de paille et le fusible. Je devais signer des choses sans poser de questions et, ensuite, j’avais le plaisir de m’expliquer devant la Mission interministérielle d’inspection du logement social (Milos) », se souvient notre témoin francilien, évincé de son poste après quelques mois à la demande du maire : il avait relevé des anomalies et demandé des procédures plus transparentes.

Si le pouvoir réel est officiellement dans les mains du directeur du logement, dans la réalité « les membres du CA représentant les collectivités et les associations de locataires étaient inféodées au cabinet du ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?