publicité

SAVE THE DATE

 

Congrès des maires : il aura lieu du 31 mai au 2 juin 2016

03/12/2014 | par AFP | Actualités

François Baroin, président de l'AMF ©Anonymous2

François Baroin, président de l'AMF

Le congrès des Maires de France avait été annulé suite aux attentats de novembre 2015. Il se tiendra finalement du 31 mai au 2 juin 2016. Nous avons suivi pour vous la conférence de presse de rentrée de l'AMF. Décentralisation et dotations au menu du congrès.

François Baroin, président de l’Association des Maires de France était présent aux côté de François Laignel et Philippe Laurent afin de présenter les sujets qui seront abordés lors du Congrès des Maires de France :


AMF – Annonce Congrès des maires 02 par Groupe_Territorial

Le 19 septembre 2015, l’AMF a en effet organisé un journée d’action qui a réuni 20 000 communes selon l’association

En 2014, M. Baroin parlait de gabégie

En 2014, dans un entretien au Courrier des maires, M. Baroin critiquait « des discours faciles qui voudraient que les élus soient responsables de gabegies, qu’il faudrait imposer un tour de vis pour en finir avec des hôtels de région ou de département dispendieux ».  »Cela ne correspond en rien à la situation réelle: à partir du moment où les collectivités territoriales ne peuvent pas emprunter pour leur fonctionnement, un cadre strict est déjà là. Si elles basculent dans le rouge, elles se retrouvent même dans le giron de l’État », déclare le sénateur-maire UMP de Troyes.

 

 Accélérer la mutualisation

Interrogé sur les critiques de la Cour des comptes, qui a vilipendé l’augmentation des effectifs dans les communes et intercommunalités, il jugeait toutefois « possible qu’il y ait eu dans certains cas des formes d’addition, de doublonnage des effectifs avec les communes. D’où la nécessité d’accélérer la mutualisation ». 

Le couple commune-département est naturel, évident.

À propos des projets d’incitations fiscales pour pousser à ces mutualisations, François Baroin demandait « de laisser les élus s’entendre entre eux pour édifier un projet intercommunal ».

 

Seuil des intercos et départements

De même, il s’opposait à tout seuil obligatoire pour la taille des intercommunalités, alors que le gouvernement voulait fixer la barre à 20 000 habitants au minimum. « Ce seuil doit être remis en cause (…) C’est aux seuls élus de décider, et les collectivités comme l’État ne s’en porteront que mieux. L’AMF ne cèdera pas un centimètre là-dessus », affirmait-il. 

Le sénateur-maire défendait enfin les départements. « Le couple commune-département est naturel, évident », assurait François Baroin, qui relevait que « l’État a peu à peu pris conscience de cette réalité ».

 

 

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité