publicité

Des formules d’abonnement
sur mesure 

FAIRE-PART DE NAISSANCE

Abonné

 

Après la PFR mort-née, un RIFSE-EP incertain ?

08/06/2015 | par Annie Letty Keribin | RH

D © vetre

Exit, la prime de fonction et de résultat, place à un nouveau régime indemnitaire, le RIFSE-EP, qui tente timidement de dépasser la fonction pour prendre en compte l'engagement professionnel. Pendant qu'à l'État, on reste englué dans des primes opaques et à l'efficacité hypothétique, certaines collectivités territoriales ont tenté de faire de la place à la transparence et à la performance. Mais le pari n'est pas gagné...

Notre grande sœur, la fonction publique d’État, a vraiment du mal à donner naissance à une prime simple, universelle, équitable et acceptée au sein de sa grande famille. Au JO du 31 décembre 2008, un décret résolument optimiste saluait la naissance de la prime de fonction et de résultat, promise à un avenir radieux selon ses géniteurs… Mais son prénom composé indissociable lui a été fatal : là où « fonction » rencontrait un consensus, « résultat » a fâché et le nouveau-né a été délaissé, après un parrainage éphémère des catégories A administratifs.

 

Un nouveau régime indemnitaire, lié aux fonctions, sujétions et expertises

Qu’à cela ne tienne : en mai 2014, nouveau papa, nouveau bébé. L’acte de naissance porte déjà l’acte de décès de ses aînées : IAT, IEMP, PSR, ISS, PFR… (que des filles !) en juillet 2015 et au plus tard en 2017. Cette fois-ci, c’est un garçon ! Il porte le joli prénom de RIFSE-EP prévoyant cette fois, plus prudemment, qu’il puisse légalement se limiter au ...

Le contenu auquel vous tentez d'accéder est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?ME CONNECTER Acheter le numéro

Découvrir nos offres d'abonnement

publicité