publicité

IMAGINONS

 

Éducation : place à l’innovation dans les écoles !

25/06/2015 | par Laure Martin | Actualités

ecole © Chlorophylle

Comment les collectivités peuvent-elles favoriser le développement de leurs politiques éducatives ? En mettant l’accent sur l’innovation !

Alain Thirel-Dailly, ancien directeur du Projet éducatif global à la mairie de Lille, a une priorité : veiller à ce que toutes les communes avancent sur le projet éducatif territorial (PEDT). « Il faudrait que cela se mette en place dès la petite enfance, soutient-il. Je ne défends pas la scolarisation à deux ans comme un principe unique. En revanche, il serait intéressant d’imaginer des formules où les parents et les enfants viennent ensemble et faire en sorte que la rentrée à l’école maternelle ne soit pas la première coupure. »

 

Lire aussi sur ce sujet : Pourquoi Céline Alvarez n’a-t-elle pas réussi son expérience à l’école ? 

 

Voir plus loin que l’école

De même, il suggère de mettre en lien tous les niveaux intergénérationnels. « Nous sommes bloqués sur un mode d’organisation ancien, où il n’y a que l’école », regrette-t-il. Il faut aller voir plus loin. Quelles différences entre l’accès à l’autonomie des enfants et le maintien dans l’autonomie des personnes âgées ? « Ne pourrait-on pas imaginer la mise en place de restaurants scolaires permettant aux parents ou aux personnes âgées de venir, se demande-t-il. Il y a des organisations à imaginer ! »

 

« Il y a des organisations à imaginer, comme des restaurants scolaires ouverts aux parents ou aux personnes âgées ».

 

Un rôle de catalyseur et d’impulsion pour les collectivités

En matière d’éducation, la collectivité doit alors avoir un rôle de catalyseur et d’impulsion. « Il faut des comités de pilotage pour mettre en place des situations nouvelles », propose-t-il. A titre d’exemple, au primaire, les enfants passent quatre à cinq ans avec un projet éducatif, et une fois arrivés au collège, ils n’ont plus rien. « Ce n’est pas normal », soutient-il.

Le département du Nord a d’ailleurs travaillé sur cette problématique. « J’étais un peu sceptique car les professeurs des collèges sont plus réfractaires, souligne Alain Thirel-Dailly. Mais nous sommes parvenus à mobiliser les gens et aujourd’hui 124 collèges sont entrés dans le projet éducatif, ce qui permet d’assurer une continuité avec le primaire. »

 

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité