publicité

Des formules d’abonnement
sur mesure 

ALLEZ !

 

Contre l’immobilisme, cultivons l’innovation !

22/10/2015 | par Aissia Kerkoub | Management

innovation_management © Lisa-Blue

La crise qui frappe les collectivités semble peu propice à l'innovation managériale. On serait donc fous de tenter du nouveau en ces temps troublés ? Au contraire, c'est le moment ou jamais d'encourager la prise de risque.

Le service public est condamné à s’adapter… ou pas ! À ne pas y prendre garde, élus et managers peuvent enfermer les collectivités territoriales dans l’immobilisme. Innover, rénover le service public passe d’abord par l’existence d’espaces de créativité, des lieux et des temps où élus et agents peuvent rêver le service public de demain.

 

Peut-on encore rêver ?

Mais comment rêver :
- quand on n’a plus d’argent ;
- quand on cherche systématiquement à éviter le mécontentement des citoyens électeurs ;
- quand on doit veiller à ne pas faire de vagues auprès des agents ;
- quand nos actions doivent être parfaitement sécurisées juridiquement ;
- quand on doit respecter toutes les procédures internes existantes ;
- quand une organisation et un fonctionnement cloisonnés favorisent les approches univoques ?

 

Comment rêver quand on nous fait atterrir avant même d’avoir décollé ?

 

Bref, comment rêver quand on nous fait atterrir avant même d’avoir décollé ? La prise de risque zéro est l’anti-innovation par excellence. Et pourtant, tous les ingrédients sont là dans les collectivités territoriales pour favoriser ces espaces d’utopie qui nous permettent de penser le service public de demain. N’ayons crainte : nous saurons toujours atterrir le moment voulu.

 

Révéler notre potentiel d’innovation

Nos collectivités territoriales sont un terrain fertile à l’innovation parce qu’elles permettent le brassage d’expertises et d’idées, le croisement des regards sur un sujet pour en sortir une vision nouvelle. Elles le sont aussi parce que nous avons affaire à des usagers qui ébranlent nos certitudes (à condition de les écouter…) Encore faut-il révéler ce potentiel d’innovation. Élus et managers, à vous de permettre l’intelligence collective par des espaces-temps de brassage d’idées et de croisement des différents regards métiers, d’encourager la prise de risque et de ne pas stigmatiser l’échec.

 

Cherchons à comprendre plutôt que de croire que l’on comprend.

 

Échouer le plus tôt possible permet de s’adapter rapidement. À vous d’accepter que tout ne soit pas parfait dès le départ, d’expérimenter, de tester les idées le plus en amont possible pour s’adapter.

À vous de rééquilibrer la balance entre ce que les usagers désirent et ce qui est techniquement réalisable. Donner la priorité à l’usager final quand on pense nos services publics est le premier vecteur d’innovation.

Utilisons les contraintes de l’environnement qui nous entoure pour penser l’évolution de nos services, de nos organisations, de nos politiques publiques, plutôt que de nous fixer nos propres contraintes avant de réfléchir. Cherchons à comprendre plutôt que de croire que l’on comprend. Le moins aisé, sans doute, est d’accepter le fait que l’on ne résout pas un problème avec les façons de penser qui y ont conduit, de laisser de côté nos repères habituels.

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité