NUANCES

Abonné

 

Laïcité : la France en perd son latin

11/03/2016 | par Eric Landot | Juridique

priere_musulman © ildintorlak

À l’heure où se crispent les débats sur les signes religieux dans l’espace public, s’assouplit le droit à avoir un bâtiment religieux avec l’aide du public. En moins d’un mois, plusieurs décisions de justice importances ont été rendues en ce sens, au profit peut-être d’une laïcité différente. En tout cas, d’une laïcité contrastée.

Lorsqu’il s’agit d’imposer la laïcité à l’école (1) ou dans d’autres services publics (2), la France tape fort. Très fort. Au point, récemment, d’interdire la prière en classe de neige ou d’exclure définitivement une élève insistant pour mettre un bonnet en guise de signe religieux.

 

Un droit aseptisé mais cohérent

Mais lorsqu’il s’agit de défendre le droit des habitants à avoir un lieu de culte, comme à Fréjus, le juge ne lésine pas. Il a ainsi condamné il y a quelques semaines l’inaction d’un préfet : ce dernier devra, sous astreinte, faire cesser les actions d’un maire bloquant, sans justification sérieuse en matière de sécurité, l’ouverture d’une mosquée, en tant qu’établissement recevant du public (3)

 

Lire aussi sur ce sujet : 

Ce contenu est réservé aux abonnés

Pas encore abonné ?