publicité

FAUT SE LANCER

 

Sauver la planète, nouvelle compétence obligatoire

07/04/2016 | par Stéphane Menu | Actualités

planete_damier

La transition énergétique en est à ses débuts, même si certains territoires vivent sur Mars par rapport à d’autres qui se contentent d’un Vert à moitié vide. Si les débats actuels opposent toujours les sceptiques et les pionniers, une chose est certaine : la survie de l’humanité n’est pas optionnelle, tous les acteurs publics s’y mettront. Le plus vite serait le mieux…

Et si les maires étaient devenus, à leur cœur défendant (ou pas), des chefs d’entreprise ? La transition énergétique, portée à la fois par une urgence vitale (sauver la planète) et l’obligation de trouver la parade technologique (créer de l’énergie propre), illustre à merveille cette évolution de fonction. Car si l’intention est belle, son coût adoucit les températures de l’envie ; certains maires, sans être d’horribles libéraux, se posent intérieurement la question : quel est l’intérêt financier d’investir en la matière ?

 

Avec la baisse des prix du pétrole et du gaz, le business plan du maire peut faire pschittt…

 

« On peut convaincre un maire de consacrer 3 à 5 millions d’euros pour construire un joli réseau de chaleur collectif mais il faut à minima que cet investissement débouche sur une offre financièrement abordable pour les particuliers. Or, avec la baisse des prix du pétrole et du gaz, le business plan du maire, si j’ose dire, peut faire pschittt… Et par les temps qui ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité