publicité

RAS LE BASHING

 

Le fonctionnaire : voilà l’ennemi

22/12/2016 | par Territorial Anonyme |

Managed handcuffed © INFINITY

On avait l’habitude des "Une" ravageuses sur le coût de la fonction publique, mais là, Valeur actuelle fait fort ! En titrant « Ces fonctionnaires qui nous ruinent », le magazine, à la frontière de la droite et de l’extrême-droite, annonce en creux ce qui risque d’être la campagne électorale de 2017. De quoi alarmer les territoriaux. L'un d'entre eux nous a fait parvenir sa réaction.

 

Une Valeurs ActuellesDR

Je découvre en flânant dans une librairie la Une de « Valeurs actuelles », sobrement intitulée : « Ces fonctionnaires qui nous ruinent ». Cette invitation à la haine me stimule bien ! Je vais pouvoir passer de joyeuses fêtes. Maintenant, en effet, je connais mon ennemi ! Il est petit, probablement, chauve et avare. Ou bien grand, blond et souriant. Peu importe ! Depuis tout petits, ceux-là – les fonctionnaires – n’ont pour objectif que de ruiner la France et se vautrer dans la paresse.

 

Coupables de tout !

La preuve ?? En faut-il une ?! Ce sont bien les fonctionnaires qui, par leur laxisme, ont décidé et voté les budgets qui ont créé une dette nationale abyssale ! Ce sont les fonctionnaires qui augmentent les charges des entreprises en forçant les actionnaires à toucher des dividendes ! Et je ne vous parle pas de la pollution de l’air qui tue 40.000 personnes par an ! Encore les fonctionnaires ! Ce n’est pas comme nous. L’argent public, nous ne connaissons pas : ni réductions de charges, ni subventions, nous n’avons droit à rien ! Nous sommes la France laborieuse. Privatisons ! L’énergie, les autoroutes, l’eau ! Vous verrez l’économie que nous réaliserons.

 

Le malaise n’est plus en moi. Mais en l’autre. Les responsabilités sont extériorisées

 

En écrivant, je me rends compte que les fonctionnaires sont vraiment un ennemi ! Je me sens mieux. Le malaise n’est plus en moi. Mais en l’autre. Les responsabilités sont extériorisées. Je suis passif, enfin délivré des décisions économiques douteuses que j’ai pu soutenir. J’ai fait de l’autre, de l’étranger que je méconnais, le miroir très approximatif de moi-même. Et sur cette image, je joue la scène de mes conflits personnels, de ma colère rentrée, de mon envie de détruire.

 

Paranoïaques

Je me souviens de vieilles lectures. Un certain Sigmund Freud racontait comment fonctionnent les paranoïaques. Ils se trouvent un bel objet de haine sur lequel projeter tous leurs désirs refoulés.

 

D’intelligence, dans ce mécanisme, il n’y a pas. On pourrait rire de la Une de Valeurs actuelles. On en a moins envie quand la mémoire nous rappelle que tous les régimes dictatoriaux, tous les extrémismes, fonctionnent par ce même mécanisme de désignation de boucs émissaires.

 

On a moins envie de rire quand la mémoire nous rappelle que tous les régimes dictatoriaux fonctionnent en désignant des boucs émissaires

 

Et tout à coup, le fonctionnaire que je suis s’inquiète de voir dans son pays, s’amplifier une parole d’exclusion, porteuse de violence, de dissension, de rupture de l’unité citoyenne. Je ne suis pas certain que la France se redresse, (si elle en a besoin), en divisant les hommes, en nivelant tous les acquis vers le bas, en faisant de l’insécurité au travail un style de vie et de la pauvreté un moment d’épanouissement. Pour 2017, je rêve d’autre chose…

 

 

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité