publicité

Des formules d’abonnement
sur mesure 

ESCAPE GAME

Temporairement en accès libre

 

Une directrice générale des services jette ses cadres en prison !

10/02/2017 | par Franck Plasse | Management d'équipe

escape_game_51955081_fotolia_snapgalleria © snapgalleria - fotolia

On n’utilise pas souvent les jeux pour résoudre ses problèmes managériaux. Pourtant, l’approche ludique permet bien des avancées. L’escape game, jeu collectif où les acteurs doivent ensemble s’échapper d’un lieu clos, remplit plusieurs fonctions. Il pousse à rechercher des solutions collectives à un problème, à agir et à réfléchir ensemble, et à mobiliser toutes les capacités individuelles et collectives. Mode d’emploi.

Scène terrible à Lieusaint (Seine-et-Marne) : la porte d’une geôle se referme sur cinq cadres municipaux… Derrière les caméras de surveillance, pas de matons, mais une équipe de game-masters ! En fait, les managers participent à une formation sur la cohésion d’équipe débutant par un escape game, un jeu qui les confronte à un défi ludique collectif.

 

Un escape game ?

L’escape game – ou jeu d’évasion grandeur nature – est un loisir en fort développement qui consiste à parvenir à s’échapper d’une pièce dans une durée limitée (généralement une heure). Par groupe de deux à dix participants, les joueurs doivent chercher des indices disséminés dans une pièce, puis les combiner entre eux pour pouvoir avancer dans l’énigme et sortir de la pièce (1).

 

Il y a une forte similitude des facteurs-clés de haute performance d’un groupe dans un escape game et en situation de travail.

 

À l’instar d’autres divertissements, les escapes games ont logiquement été investis par des équipes à la recherche de moments de partage convivial et de renforcement de leurs liens. Et ce, d’autant plus que le parallèle entre ce type d’activité et la réalité professionnelle est évident : dans les deux cas il s’agit de coopérer pour atteindre un objectif. Christy Bird, docteur en philosophie, enseignant-chercheur à l’université de Californie et consultant au complexe d’escape games Exit Santa Cruz, a été le premier à pointer et formaliser la similitude des facteurs-clés de haute performance d’un groupe dans un escape game et en situation de travail : partager les connaissances, mobiliser les compétences, agir de manière coordonnée.

 

On joue puis on se forme !

 

En France, la société Locked Up, spécialiste de l’escape game, possède un département spécifique dédié aux clients professionnels. « Nos prisonniers ont une heure et quart pour s’échapper avant que les gardiens ne les surprennent. Cette évasion va exiger de la perspicacité et un vrai travail d’équipe. Pourront-ils relever le défi et retrouver leur liberté ? » sourit Sophie Legoff, la présidente de Locked Up , alors que la porte se referme sur les cadres de Lieusaint. Soixante-quinze minutes plus tard, l’équipe émerge de la pièce : c’est perdu… Mais leur session ne s’arrête pas là, et c’est tout l’intérêt et la particularité du dispositif. Les participants rejoignent douze autres directeurs de leur collectivité qui sortent d’autres espaces d’escape game. Ils vont à nouveau être « enfermés », tous ensemble, dans une salle… de formation.

 

Cette évasion va exiger de la perspicacité et un vrai travail d’équipe. Pourront-ils relever le défi et retrouver leur liberté ? 

 

La séance durera deux heures. C’est Mélanie Orfila, consultante, qui prend le relais de sa collègue. « Cet atelier sur la cohésion d’équipe prolonge l’aventure que les participants viennent de vivre. Nous allons en tirer des enseignements managériaux : mieux se connaître pour mieux travailler ensemble, créer la confiance dans l’équipe, donner de la force au collectif, etc. Tout en restant dans l’esprit ludique, qui est notre marque de fabrique ! ».

 

Trois facteurs de réussite

« Dans nos salles d’escape game, les joueurs doivent mobiliser de nombreuses qualités : perspicacité, logique, observa- tion, esprit d’équipe, partage… » constate Mélanie Orfila.
« Trois grands facteurs de réussite se dégagent. Le temps étant chronométré, plus une équipe reste mobilisée sur ce qui permet de s’échapper de la pièce, plus ses chances de succès grandissent. Plus elle est confiante, plus elle est motivée et efficace. Enfin, plus la dynamique interne est vive, plus elle est créative, émettant des idées et trouvant des solutions permettant de relever le défi. L’intérêt d’expérimenter ces facteurs de réussite dans le jeu est que le constat est rapide, indéniable, partagé. Cela les rend concrets. Ce ne sont plus des concepts abstraits théoriques coupés de la réalité, mais un vécu que viennent de toucher du doigt les participants ! De cette manière, en jouant soixante-quinze minutes puis en travaillant autant, on apprend plus qu’en deux heures quinze de formation… Et on s’ennuie aussi beaucoup moins ! »

 

 Ce ne sont plus des concepts abstraits théoriques coupés de la réalité, mais un vécu que viennent de toucher du doigt les participants ! 

 

Transposés par l’atelier de formation, les facteurs de réussite dans l’escape game deviennent des facteurs de réussite managériaux pour assurer la cohésion des équipes de travail :

-  Rassembler autour d’un projet commun : s’échapper d’une pièce ou atteindre un objectif de service, même chose ? Et bien oui ! Un but explicite, clair pour tous, donne du sens à l’action et permet d’instaurer une culture partagée dans laquelle chacun trouve sa place. Sans cela, pas d’aventure collective mais des tâches disparates qui deviennent démotivantes et peu efficaces.

-  Créer la confiance : si un but commun génère de l’énergie et de l’action, des obstacles sont inévitables. Il faut donc accepter qu’il y ait des découragements et les gérer lorsqu’ils surviennent. Avec comme principaux outils la connaissance réciproque, l’écoute, la bienveillance et la co-construction.

-  Reconnaître, valoriser et faire vivre un état d’esprit collectif : l’intérêt du travail en équipe est que le résultat de l’ensemble soit plus fort que la somme des performances individuelles. Le collectif a donc vocation à être collaboratif, pour produire des effets de groupe. Organiser et animer les échanges doivent être deux préoccupations permanentes du manager. Sans oublier de saluer et partager les réussites intermédiaires, ce qui boucle la boucle en rassemblant autour du projet commun et en créant la confiance !

 

Face aux défis de l’escape game, il fallait cogiter ensemble de façon concrète, mais très amusante.

 

Témoignage
« Cela fait vraiment travailler sur la cohésion de groupe »
« Les cadres peuvent tirer de cette demi-journée une vraie réflexion sur la mise en pratique de la cohésion d’équipe, sur ce que ça implique et engendre, sur la manière de l’impulser dans leurs services avec les équipes » estime Sabine Paul, responsable des ressources humaines, participante à l’escape game et à l’atelier-formation qui a suivi. Elle trouve que le lien entre la première partie, de jeu, et la seconde, plus sérieuse mais néanmoins ludique avait du sens. « Face aux défis de l’escape game, il fallait cogiter ensemble de façon concrète, mais très amusante. Bien qu’on se connaisse tous, nous n’avons pas toujours l’habitude de travailler l’un avec les autres de la sorte. Le jeu apprend à se connaître les uns, les autres de façon différente. Il fallait que chacun, s’écoute, s’impose, trouve sa place au sein de l’équipe, travaille à une stratégie collective. Sur l’instant, c’est vraiment un moment sympa, mais avec un peu de recul, je trouve que cela fait vraiment travailler sur la cohésion de groupe. »

 

 Lire aussi :  Le management sous l’angle du jeu

Note

(01)Jeu d’évasion grandeur nature. (2016, décembre 23). Wikipédia, l’encyclopédie libre. http://fr.wikipedia.org/w/index. php?title=Jeu_d%27%C3%A9vasion_grandeur_ nature&oldid=132972953. - Retourner au texte

Approfondir le sujet

À lir

Sur les escapes games et la cohésion d’équipe

Facilitating team-building session, Christy M. Bird (en anglais uniquement)

Sur l’utilisation du jeu dans le management

Jouer ensemble pour produire ensemble, La Lettre du cadre 501, octobre 2016

Sur l’utilisation « sérieuse » du jeu

Gamification : Enjeux, méthodes et cas concrets de communication ludique, Éditions Territorial.

Abonnement

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité