publicité

Des formules d’abonnement
sur mesure 

DÉRIVES

 

Pourquoi l’affaire Fillon est un symptôme de la maladie de nos institutions

20/02/2017 | par Nicolas Braemer | Toute l'actualité

poison_pomme_serpent © esoxx01 - fotolia

La polémique qui touche l’ancien Premier ministre est révélatrice, même si en fin de compte, il s’avère qu’il n’a commis aucune illégalité. Longueur des carrières politiques, cumul des mandats, inactivité parlementaire… elle contient en elle tous les poisons qui minent la démocratie en éloignant les politiques des citoyens. Il est urgent d’agir, et fermement.

«L’affaire » Fillon contient presque tous les éléments de la profonde crise démocratique dans laquelle nous sommes plongés. Je ne vais pas juger ici de la culpabilité d’un homme : même s’il sort totalement blanchi des accusations qui touchent à la réalité de l’activité de sa femme comme assistante parlementaire, les faits qui justifient aujourd’hui la polémique – employer des membres de sa famille au service de sa carrière politique – sont graves, même s’ils ne sont pas illégaux. Passons donc en revue les éléments de ce dossier qui révèlent la sclérose de notre édifice démocratique.

 

Un problème démocratique majeur

Voilà donc un homme qui est parlementaire depuis 1981. Il aura donc été, à la fin de ce mandat, élu pendant 36 ans et 9 mandats. Il a été aussi sénateur (deux ans), président de département et de région, il a occupé cinq ministères différents, été Premier ministre pendant cinq ans. La longévité des carrières politiques est aujourd’hui un problème ...

Le contenu auquel vous tentez d'accéder est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?ME CONNECTER Acheter le numéro

Découvrir nos offres d'abonnement

publicité