publicité

Des formules d’abonnement
sur mesure 

TRANSPOSITION

 

Managers, inspirez-vous de Confucius…

09/03/2017 | par Bruno Cohen-Bacrie | Actualités

confucius © Jerry - fotolia

Comment gouverner les hommes ? C’est la tâche quotidienne du manager : motiver et développer les collaborateurs pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes. Destinés aux princes dans l’Antiquité chinoise pour les aider à gouverner, les principes de Confucius sont aujourd’hui source d’inspiration pratique pour les managers. Une transposition concrète des principes de Confucius pour le manager est, ici, proposée.

 

Domitille Germain est diplômée d’HEC et sinologue, elle a été expatriée 5 ans en Chine dans une grande entreprise française de services urbains. Aujourd’hui coach, elle intervient comme conférencière et enseigne à Sciences Po.
Bérénice Germain est diplômée de l’EDHEC, elle a été consultante en transformation des organisations pendant 7 ans. Elle est actuellement responsable marketing et communication d’une grande entreprise de services technologiques.

 

Comment ce projet – Confucius « appliqué » aux managers – vous est-il venu à l’esprit ?

DG : En travaillant en Chine chez Veolia, à ma sortie d’HEC, j’ai été régulièrement confrontée aux auteurs antiques chinois qui imbibent largement la culture et les réflexes des managers chinois. Mes clients et mes collègues les citaient souvent. J’ai écrit il y a deux ans « Sun Tzu, de l’art de la guerre à l’art de diriger », un livre de stratégie d’entreprise pour les dirigeants. Dans cette lignée, j’ai pensé qu’une transposition de Confucius pouvait être pertinente sur le sujet de la motivation des équipes et j’ai tout de suite pensé à Bérénice pour coécrire en raison de son expertise sur la mobilisation et la motivation des équipes.

 

La question posée par Confucius est comment gouverner les hommes ? C’est la tâche quotidienne du manager en entreprise.

 

BG : En tant que consultante pendant sept ans, j’ai toujours été très intéressée par les leviers de motivation et de mobilisation des équipes qui sont pour moi la clé de la réussite des projets de transformation et plus largement des organisations. Je connaissais Confucius et l’idée de réfléchir à la transposition de ces principes pour l’entreprise actuelle, si elle ne m’a pas semblé simple au prime abord, m’a tout de suite enthousiasmée. En effet, les entretiens de Confucius, seule source qui donne à voir les principes de Confucius, sont des fragments de conversations et d’anecdotes sans ordre logique. Notre travail a consisté à prendre les principes majeurs et à les transposer et organiser dans une démarche cohérente pour le manager d’aujourd’hui.

 

Pourquoi faut-il (re) lire Confucius pour les managers justement ?

DG : La question posée par Confucius est comment gouverner les hommes ? C’est la tâche quotidienne du manager en entreprise. C’était aussi l’expertise de Confucius, ce penseur de l’Antiquité chinoise qui, il y a plus de 2 500 ans, a parcouru les routes de Chine pour aider les princes à gouverner leur pays sur un modèle de gouvernement par la vertu. Si l’enseignement de Confucius visait à former des gens à prendre part en qualité de fonctionnaires au bon gouvernement d’un État, notre transposition vise à proposer ses principes au manager d’entreprise, afin de les aider à gouverner leur équipe ou leur entreprise.

BG : La lecture de Confucius offre effectivement des recommandations concrètes pour répondre à la question suivante : comment motiver les gens pour aller vers un système humain performant collectivement, c’est-à-dire où chacun donne le meilleur de lui-même à la place qu’il occupe afin de contribuer le plus à la valeur collective ?

 

Comment résumeriez-vous ses principaux enseignements ?

BG : Nous avons construit une démarche concrète en 5 étapes pour le manager tirée des enseignements de Confucius. La première étape correspond au travail sur le sens et l’ambition que fait le manager afin d’établir en lui-même et pour tous une boussole pour l’action. Toutes ses décisions d’actions seront guidées par cette ambition. Il s’agit pour lui de fixer l’ambition collective sur le développement d’un système de collaborations idéales.

Les deux étapes suivantes indiquent les stades par lesquels le manager doit passer pour montrer l’exemple à ses équipes par son comportement. Dans un premier temps, il incarne l’ambition en proximité en établissant des relations idéales avec son management et ses pairs (étape 2) puis au niveau de l’organisation en incarnant et mettant en œuvre la culture d’entreprise (étape 3).

 

Toutes les décisions d’action du manager seront guidées par l’ambition d’établir en lui-même et pour tous une boussole pour l’action.

 

L’étape 4 consiste, après avoir donné du sens à l’action et montré l’exemple, à avoir une action directe sur ses équipes en accompagnant chacun de façon personnalisée pour qu’il se développe et en positionnant chaque personne à sa juste place dans l’organisation (étape 4).

L’étape 5 consiste à chercher à s’améliorer en permanence en transformant chaque expérience en apprentissage mais également à guider ses équipes dans cette démarche vers l’autonomie.

DG : Toutes ces étapes s’appliquent aux leaders mais également à chaque niveau de management. En effet, un manager régit toujours un groupe humain et dispose, malgré les règles qui peuvent s’imposer à lui de l’extérieur, d’une marge de manœuvre pour faire en sorte que son équipe ou sa société fonctionnent bien.

 

JE_Management

 

Vous identifiez un certain nombre de recommandations comme incarner l’ambition dans la proximité par exemple pour les managers. Lesquelles vous semblent le mieux correspondre aux enjeux d’aujourd’hui ?

BG : Un élément fondamental de la pensée de Confucius est le « Ren », la vertu des relations. Confucius a une vision de l’homme qui peut sembler originale à nos contemporains. L’homme, chez Confucius, est d’abord un ensemble de relations. En transposant, la personne en entreprise se définit d’abord par un ensemble de collaborations, avant de se définir comme un individu : collaborations verticales avec les supérieurs hiérarchiques ou les collaborateurs ; collaborations horizontales avec les pairs et collaborations avec l’ensemble de l’organisation. Ainsi, gouverner les hommes en suivant Confucius suppose de comprendre et d’agir sur l’ensemble de ce faisceau de relations humaines : les formes de collaboration en entreprise. Dans notre transposition, la vertu des relations « le ren » se traduit par un système de collaborations idéales.

DG : À l’heure où les questions sur la quête de sens se multiplient, Confucius propose ici un sens à l’action : agir pour le développement de collaborations idéales au sein de l’entreprise. Une autre dimension me semble essentielle, et figure dans le titre : l’apprentissage pour l’action. Confucius n’est pas un penseur contemplatif mais il enjoint à apprendre pour agir et à agir vite.

 

Confucius, une incroyable modernité
DG : Comment gouverner les hommes et les motiver pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes nous semble une question très moderne. C’était aussi la question de Confucius, même s’il proposait ses services et à sa méthode aux États et aux princes de son époque et que nous les avons transposés aux entreprises. Par ailleurs, nous avons sélectionné les principes qui nous semblaient les plus pertinents et pouvaient encore être lus aujourd’hui.
BG : Dans les Entretiens de Confucius, il s’agit avant tout de la dimension humaine et en particulier des formes de collaboration. C’est pour cela que nous pouvons encore le lire, car si les entreprises ont bien changé, les principes sur la façon de motiver les êtres humains en améliorant les formes de collaboration restent à notre sens toujours d’actualité.

Lire
Confucius en action, Les principes du maître appliqués au management d’équipe, Dunod, 2017.

 

 

 

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité