publicité

EN COMPÉTITION

Abonné

 

L’expert et le manager : histoire d’un désamour…

23/03/2017 | par Emilie Bret | Opinion/Débat

combat_coq © fzant - istock

La tentation peut être grande de tailler dans la masse salariale en privilégiant les cadres. Ce serait efficace de supprimer quelques hauts salaires. Mais qui faudra-t-il sacrifier ? Les managers, si nécessaires quand il s'agit de donner du sens à l'action ? Les experts ? Et si l'on retrouvait là l'occasion de faire bouger ces derniers en confirmant leurs compétences managériales ?

Parmi les externalités (les jugera-t-on positives ou négatives ?) des restrictions de budgets tous azimuts que nous vivons ces temps-ci, on s’intéressera à ce qu’il advient du vieux débat entre l’« expert » et le « manager ».

L’on doit moins dépenser, bien, surtout en fonctionnement, certes. On vient donc chercher en particulier les dépenses liées au personnel, si rigides que lorsqu’on pense avoir une occasion de « barrer » un poste, on prend la perche en sachant qu’elle ne reviendra pas de sitôt.

 

Couper par le haut

Quid des postes des cadres ? Par souci d’exemplarité, l’on préfère, et cela s’entend, « couper » par le haut de nos chères (à tous les sens du terme !) pyramides hiérarchiques, plutôt que de supprimer des agents de terrain, lesquels incarnent le service public au plus proche des usagers. Fermer un guichet ? Plus difficile que de fusionner deux services… Tout cela apparaît comme fort logique, tant politiquement que managérialement.

 

Les ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité