publicité

Des formules d’abonnement
sur mesure 

TOUT POUR PLAIRE

Temporairement en accès libre

 

Le télétravail, source d’innovation pour les collectivités

10/04/2017 | par Pascal Rassat | Toute l'actualité

fotolia_139218030_teletravail_partie2 © georgejmclittle - fotolia

Quand on reçoit les demandes de télétravail comme une contrainte à laquelle il va bien falloir répondre, c’est qu’on n’a rien compris. Les collectivités qui se sont lancées volontairement dans l’aventure et ont voulu innover l’ont bien vu. Le télétravail peut apporter beaucoup à une organisation de travail… et pas que des ennuis.

Le télétravail questionne notre vision du travail. Il facilite aussi l’adoption de multiples innovations dans les collectivités.

 

Le temps et le lieu

De nombreuses collectivités ont déployé le télétravail dans le cadre d’une réflexion sur la gestion du temps. À l’Eurométropole de Strasbourg (mise en place en 2014 — 142 agents en télétravail et déploiement 2017 en cours), le télétravail a permis de proposer une meilleure articulation des temps de vie, basée sur une gestion différenciée du temps : « la suppression du temps de transport permet une réaffectation sur les temps de vie mais aussi sur le travail », note Marie Jacquin-Pavard.

 

« La suppression du temps de transport permet une réaffectation sur les temps de vie mais aussi sur le travail. »

 

Le lieu constitue un autre point que le télétravail peut interroger. Les conseils départementaux de l’Hérault (mise en place en 2010 — 125 agents en télétravail) et du Gard ont signé une convention d’échange de locaux permettant pour les agents en télétravail de l’Hérault qui habitent le Gard de télétravailler depuis des locaux du Gard et inversement. « Cet échange, indique Georges Pastoret, permet aujourd’hui d’optimiser des surfaces immobilières inoccupées et de rapprocher le lieu de travail des agents de leur domicile dans les huit télécentres qui ont été ensuite déployés. Sans le télétravail, il aurait été beaucoup plus difficile de l’envisager ».

 

TÉMOIGNAGE
« Le télétravail impacte l’ensemble des pratiques de travail »
Le télétravail a été expérimenté dès 2014 par la Mission des temps et services innovants. Les objectifs visaient d’abord l’amélioration de la qualité de vie au travail et l’articulation des temps professionnels et personnels. Mais le télétravail a aussi renforcé l’efficacité du service public à coûts maîtrisés en permettant un fonctionnement en mode projet, en renforçant le management par objectifs et en développant de nouvelles pratiques de travail (notamment les réunions à distance). Les encadrants ont noté de nombreux effets positifs sur la qualité du travail rendu (plus de concentration dans la réalisation des tâches, une meilleure collaboration entre les agents et une meilleure anticipation des tâches notamment).

Marie Jacquin-Pavard, Eurométropole de Strasbourg

 

De vrais impacts managériaux

Les phases d’expérimentation constituent aussi des moments privilégiés pour déployer et tester de nouveaux outils de travail. « C’est un moyen de tester à moindres frais et en limitant les risques pour un service » explique un DSI. La région Ile-de-France, qui vient de voter la mise en place du télétravail dans ses services (déploiement dès le 1er septembre 2017 sur 200 agents), accompagnera ce déploiement par la mise en place de nouveaux outils de travail : téléphonie par internet, webconférence, partage d’écran à distance, outils de travail collaboratif seront déployés pour les télétravailleurs d’abord puis pour l’ensemble de leurs équipes.

 

« Le télétravail permet de repenser les modes d’organisation du travail. »

 

Le conseil départemental du Finistère (déploiement 2009 — 225 agents en télétravail) a quant à lui noté plusieurs impacts managériaux après avoir introduit le télétravail : autonomisation des agents, gains de productivité, flexibilité des horaires, amélioration de l’organisation du travail. « Outre le gain en qualité de vie au travail », note Anne Buquen, « le télétravail permet de repenser les modes d’organisation du travail et à établir la nécessaire relation de confiance entre le manager les télétravailleurs et le collectif de travail. »

 

TÉMOIGNAGE
« Construire une relation gagnant-gagnant entre la collectivité et les agents »
Le télétravail est à construire dans une logique gagnant-gagnant entre trois parties prenantes : le télétravailleur, le conseil départemental employeur et la collectivité citoyenne. Ce n’est pas un « nouveau droit » qui deviendrait un « acquis », mais un mode d’organisation du travail qui implique à la fois les télétravailleurs et les non-télétravailleurs. Notre collectivité a noté un impact sur la modernisation des méthodes de travail, un suivi des activités amélioré, le développement de l’autonomie de nos collaborateurs, des gains en productivité pour les agents concernés. Une réflexion doit être menée pour favoriser une meilleure valorisation des espaces de travail. Il a aussi permis une forme de flexibilité des horaires qui constitue une attente forte des agents.

Anne Buquen, conseil départemental du Finistère

 

Véronique Franck-Manfredo, chef de projet télétravail à la ville de Paris (expérimentation en 2016 – 150 agents en télétravail), note quant à elle « une augmentation de la productivité reconnue par les télétravailleurs comme leurs encadrants, liée à la baisse de la fatigabilité des agents, aux économies en temps réalisées et à un mieux-être au travail ».

 

TÉMOIGNAGE
« Une construction partagée par tous les acteurs de la collectivité »
Le télétravail implique que de nombreux acteurs de la collectivité travaillent ensemble en transverse. D’abord un portage par les élus et la DRH, avec un appui technique du secrétariat général et de la DSTI. Le travail avec les SRH a permis la construction de documents supports et l’appropriation par tous de la méthodologie. Ensuite, l’intégration dans le groupe projet de la médecine du travail pour porter le télétravail comme vecteur du bien-être au travail. Les encadrants sont au cœur de ce dispositif et doivent être accompagnés par de la formation afin de les épauler dans la mise en place de ce mode de management innovant. Nous avons aussi intégré à cette équipe, un comité scientifique constitué d’un médecin, d’un sociologue et d’une psychologue afin de pouvoir disposer de bilans suivis de notre expérimentation et du déploiement en cours.

Véronique Franck-Manfredo, chef de projet télétravail à la ville de Paris

 

Abonnement

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité