publicité

CHANGEONS DE MODÈLE

 

Quand la baisse des moyens budgétaires culturels devrait obliger à réfléchir

25/09/2017 | par François Deschamps | Toute l'actualité

511_dossier_1 ©Vizerskaya _ istock

Les subventions à la culture sont en baisse, victimes de la rigueur budgétaire. Mais quand il s’agit de répercuter cette baisse sur le terrain, la tendance est davantage à la baisse uniforme et à la préservation des positions acquises qu’à la réinterrogation des critères de répartition.

Les contraintes budgétaires, depuis plus de cinq ans, s’imposent à l’ensemble des collectivités, mais les mesures qu’elles ont prises pour y faire face ne sont pas uniformes ni appliquées de la même manière, chaque exécutif décidant de sa propre stratégie. Le secteur culturel, et plus particulièrement l’enveloppe des subventions, apparaît souvent comme celui où des marges de manœuvre sont possibles, quand cette affectation de crédits est jugée – hélas – moins indispensable en termes de services à la population.

 

Le poids des décisions du gouvernement

Les collectivités favorisent en général les activités qu’elles conduisent elles-mêmes en régie (et parmi celles-ci les « grandes » institutions et les « gros » événementiels). Ce sont donc souvent les petites et moyennes associations artistiques et culturelles qui sont d’abord affectées. La situation de ces associations s’aggrave aujourd’hui du fait de deux décisions récentes du gouvernement : la fin de la réserve parlementaire, qui ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité