publicité

L'HEURE DES CHOIX

Abonné

 

La réduction des effectifs : la panacée ou l’enfer ?

20/10/2017 | par Patrick Martin-Genier | RH

enfer_paradis ©Kletr - adobestock

Comme si les coupes du quinquennat précédent n’avaient pas suffi, voilà que les collectivités vont devoir supprimer 70.000 postes dans les années à venir. Les Français pourront-ils supporter longtemps les pertes de substance du service public que ces coupes budgétaires entraîneront immanquablement ?

L’enfer est pavé de bonnes intentions, dit-on. Au moment où les collectivités locales sont condamnées à faire des économies, la question qui se pose est de savoir où trouver les principales sources d’économie. La réduction des dotations de l’État aux collectivités locales et, en dernier lieu, la suppression soudaine de trois cents millions d’euros par décret estival du 20 juillet 2017, obligent les collectivités à faire preuve d’imagination.

 

Suppression exigée de 70.000 postes

Le candidat et désormais président de la République a donné des chiffres, confirmés par le gouvernement : la fonction publique territoriale devra être amputée de 70 000 postes. Ce chiffre pose problème. Comment a-t-il été déterminé ? Dans quel secteur ces coupes devraient-elles intervenir ?

Si les gouvernements ont souvent eu tendance à jeter en pâture les fonctionnaires, par contraste, les Français sont très attachés au service public local. Si demain, on vient dire à l’usager que les ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité