publicité

SURTENSION

 

Petit guide sur la gestion des RPS à destination des managers

09/11/2017 | par Christèle Ducharne | Management

513_burn_out ©siloto - adobestock

3,5 millions de Français sont touchés par le burn-out. Ce qui n’est pas encore une maladie professionnelle devient un phénomène massif qu’il convient de traiter avec l’attention qu’il mérite. Prêter attention aux signaux faibles, mettre en place les mesures de prévention devient une nécessité absolue. Regards croisés (et concrets) d’un psychothérapeute et d’un manager.

D’après l’Académie nationale de médecine, 3,5 millions de Français sont touchés par le burn-out. Une accélération soulignée depuis les années soixante-dix, suite à la recherche d’une qualité de vie au travail associée à la forte décroissance de l’économie.

 

Le psychologue Freudenberger explique en 1981 que le burn-out est « un état de fatigue ou de frustration résultant du dévouement à une cause, à un mode de vie ou à une relation qui n’a pas donné les bénéfices escomptés ». Aujourd’hui, nous expliquons le burn-out comme le résultat d’un stress professionnel intense qui peut être lié aux exigences trop importantes de l’employeur ou aux exigences imposées par le sujet lui-même.

 

Lire aussi : « L’absence de prévention des RPS sera demain systématiquement sanctionnée »

 

Quels sont les facteurs de risque ?

Le facteur déclencheur du burn-out est le stress et ses facteurs endogènes (qui proviennent ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité