publicité

OSONS LE FÉMINISME !

Abonné

 

Daniel Feisthammel : « Pour les femmes, le triple plafond de verre managérial doit sauter »

18/01/2018 | par Bruno Cohen-Bacrie | E=MC²

Feisthammel

Fortes de leurs capacités humaines, sociales, responsables, pédagogiques et professionnelles, les femmes, nous dit Daniel Feisthammel sont des « manageures » formidables, bien plus à leur place dans les organisations de travail que les « hommes suffisants » qui les dominent presque tout le temps.

 

Daniel Feisthammel conseille les organisations dans les domaines de la pédagogie, du management, de la stratégie et de l’organisation depuis 1989. Il est auteur de plusieurs autres ouvrages sur le management, la performance, l’autorité, les compétences et les comportements professionnels. Le précédent : « Coups de pied aux cultes du management. Antidotes aux croyances nocives sur l’exercice de l’autorité » (2012, Afnor).

 

Pouvez-vous nous dire comment vous est venue l’idée de cet angle « original » sur le management ? Vous évoquez un ouvrage d’abord destiné aux femmes ?

L’état général des pratiques de management est plutôt affligeant. Depuis trente ans, j’essaie d’en comprendre les ressorts. J’ai pu constater que le taux de « mauvais manageurs » est nettement plus élevé parmi les hommes que parmi les femmes aux commandes. Un détail signifiant a particulièrement attiré mon attention : en formation au management, les hommes prennent très rarement des notes, les ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité