publicité

À CONTRE-COURANT

Abonné

 

Leçons managériales inspirées par le rap français

16/01/2018 | par Aissia Kerkoub | E=MC²

Rap concert with two muscular shirtless men with microphones ©Innovated Captures - adobestock

Croyez-le ou pas, le rap nous donne souvent une leçon de vie. De courage, de solidarité, de fierté, de débrouillardise… Bref, il nous enseigne un certain nombre de valeurs qui pourraient être utilisées avec avantage par les managers pour mener à bien leurs tâches.

S’inspirer de ces « chanteurs » vulgaires, violents, mal éduqués dans le management de nos organisations ? Soyons fous, en commençant par mettre de côté nos préjugés. « Hein, la vie de rêve, on te dit quoi il faut penser, ou quoi écrire, quoi faire, être le mouton, tu aimes ? », une réplique de Scarface, présente dans de nombreux textes de rap français. Le rap, c’est la contestation, c’est s’exprimer à contre-courant. « J’ne suis pas un leader, simplement le haut-parleur d’une génération révoltée prête à tout ébranler » chante NTM. Fabe est « l’impertinent, celui qui écrit une lettre au président ». Leçon de management numéro 1 : osons agir à contre-courant, quitte à remettre en cause le système établi, croyons aux utopies.

 

Croire au management malgré les obstacles

Le rap, c’est y croire malgré les obstacles et les conditions sociales de départ. Même si « personne ne joue avec les mêmes cartes » (IAM), on peut aller loin. La preuve en est nombre de rappeurs dont le capital ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité