Fusions : « Big is beautiful », et après ?

publicité

C'EST DU MASSIF

 

Fusions : « Big is beautiful », et après ?

31/01/2018 | par Eric Landot | Toute l'actualité

DOSS_OUV_AdobeStock_18180512-v2 © julien tromeur - stock.adobe.com

La «  grossophilie administrative » de ces dernières décennies a produit un phénomène massif de création de communautés XXL, de communes nouvelles aux vastes territoires, de régions mariées de gré ou de force.

Les chiffres 2018 tardent à sortir mais, même en s’arrêtant à 2017, le phénomène frappe par sa massivité : au 1er janvier 2017, on recensait 1 266 établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre sur le territoire français. Parmi ceux-ci, on dénombre 14 métropoles, 15 communautés urbaines, 219 communautés d’agglomération et 1 018 communautés de communes.

Ces chiffres ont peu bougé en 2018 à un immense détail près : sept nouvelles métropoles ont été créées (Dijon, Orléans, Saint-Etienne, Toulon, Clermont-Ferrand, Metz et Tours) conduisant à une dilution de cette catégorie juridique vers des grosses agglomérations à faible effet d’entraînement sur leur lointaine périphérie. Pourquoi pas, mais la catégorie devient plus hétérogène et un brin moins légitime à vouloir remplacer, sur son territoire, le ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité