Zones de moyenne densité : et si on oubliait la voiture ?

publicité

CO2 MON AMOUR

 

Zones de moyenne densité : et si on oubliait la voiture ?

08/02/2018 | par Marjolaine Koch | Actualités

shift_project ©Mimi Potter - adobestock

En septembre dernier, le think tank The Shift Project rendait public une étude portant sur la décarbonation de la mobilité dans les zones de moyenne densité. Un travail explorant différentes solutions pour se passer au maximum de la voiture, sur des territoires où elle est reine.

Est-il possible de se passer de sa voiture quand on vit à l’écart d’une grande ville ? C’est la question posée par le think tank The Shift Project, dans un rapport d’une centaine de pages réalisé avec le soutien de la Caisse des dépôts et signé Francisco Luciano, ingénieur civil et urbaniste spécialisé dans la mobilité. L’étude se penche sur ces espaces situés entre l’urbain dense et la campagne profonde, cette zone d’entre-deux où, bien souvent, les transports en commun existent, mais n’offrent que des alternatives partielles à la voiture.

 

Lire aussi : Villes et voitures, le désamour

 

11 % du territoire, 43 % de la population métropolitaine

Ces zones dites de moyenne densité représentent 11 % du territoire et 43 % de la population métropolitaine. En 2030, un peu plus de 38 millions de personnes devraient y vivre. Et, typiquement, ces zones périurbaines se caractérisent par une spécialisation fonctionnelle de l’espace. Des lotissements, des zones commerciales, des zones ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité