publicité

SANS TRANSITION

 

« La gestion de l’environnement est une gestion de la restriction »

21/02/2018 | par Séverine Cattiaux | Toute l'actualité

516_jancovici

Dans son livre « Dormez tranquilles jusqu’en 2100 », titre qui feint que tout va bien dans le meilleur des mondes, Jean-Marc Jancovici bat en brèche les solutions portées aux nues par les responsables politiques et économistes pour sortir de la pénurie énergétique. La fameuse croissance verte nous sauvera-t-elle ? Le solaire, l’éolien, l’hydraulique remplaceront-ils les énergies fossiles ? Les collectivités peuvent-elles agir ? À ces trois questions, Jean-Marc Jancovici répond par la négative. Et lui, que propose-t-il ?

Ingénieur de l’École polytechnique, Jean-Marc Jancovici est consultant, enseignant et fondateur de la société Carbone 4. En 2011, il fonde et préside « The Shift Project », think tank qui promeut une économie soutenable et l’accélération de la transition énergétique. En 2006, il collabore à l’élaboration du Pacte écologique de la Fondation Nicolas Hulot. De 2001 à 2010, il est consultant et collabore avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) pour la mise au point du bilan carbone dont il est le principal développeur. Conférencier, blogueur, chroniqueur de presse, Jean-Marc Jancovici est régulièrement sollicité par les télés et radios pour commenter l’actualité liée à la crise énergétique et au réchauffement climatique. Signe distinctif : l’écologiste est partisan du nucléaire civil, qui, selon lui, évite plus d’inconvénients pour la société.

 

Que retenez-vous de la 23e conférence sur le climat (Cop 23) qui s’est tenue en novembre dernier ?

Les Cop sont des enceintes où les décisions se prennent par consensus. Une « rupture » prend place dans une Cop quand un nombre suffisamment important de pays influents ont déjà fait leur la résolution qui sera adoptée. Il ne faut pas espérer d’une Cop ce que les Français attendent de leur président ou d’un roi qu’ils n’ont plus, à savoir une décision innovante, adaptée au problème à traiter, qui sera imposée par une autorité pour le bien commun même si de nombreuses personnes sont contre. La plus grande avancée a eu lieu à la Cop 15, en 2009 à Copenhague, précisément parce que deux douzaines de leaders mondiaux se sont réunis au débotté pendant une nuit la deuxième semaine, pour accoucher d’une feuille de route en deux pages qu’ils ont ensuite imposée aux autres. Les 2°C [NDLR : ne pas dépasser une augmentation moyenne de 2 °C d’ici 2100 par rapport à l’ère pré-industrielle] et les 100 milliards du fonds vert [NDLR : dont le but est les pays les plus avancés transfèrent de l’argent aux pays les plus vulnérables pour les aider à développer des projets pour lutter contre les effets du changement climatique] sont nés cette année-là. Les ONG ont qualifié cette Cop d’échec à tort, pour des questions de forme et non de fond.

 

Vous affirmez que l’économie se contracte depuis 2006 dans les pays riches, parce que le maximum de l’approvisionnement énergétique a été dépassé. Or, le Fonds monétaire international (FMI) annonce encore une hausse du PIB planétaire de 3,9 % cette année, après la hausse de 3,7 % en 2017.

La production industrielle de l’OCDE [NDLR : Organisation de coopération et de développement économiques] est bien inférieure aujourd’hui à ce qu’elle était en 2007, il suffit de regarder les statistiques ! Le taux d’emploi, c’est-à-dire la fraction des adultes (15 ans et plus) qui ont un emploi, y est 1 % plus bas en 2016 qu’en 2007. La quantité de m2 construits dans l’année en Europe est passée par un maximum en 2007, de même que la quantité de camions qui circulent sur les routes… La décélération physique se fait donc en tendance, même si l’on continue à dire que la croissance va revenir ! La hausse du produit intérieur brut est en outre un peu biaisée. D’une part, on y met des éléments qui n’y étaient pas avant (recherche, activités illicites…). D’autre part, la hausse des prix des actifs (immobilier, actions…) gonfle mécaniquement le PIB sans production supplémentaire. Quant aux prévisions de croissance du FMI, cela fait maintenant 15 ans qu’elles sont systématiquement invalidées dans les deux années qui suivent. Et cela n’empêche pas les politiques et les médias de les mettre en avant, et Bercy de continuer d’en tenir compte.

 

Lire aussi : Transition écologique : tous les outils sont là

 

Pourquoi ce déni des économistes et des responsables politiques face à un monde qui ne peut plus croître ?

Au moment où l’économie classique naît, il y a deux siècles, elle a postulé que les ressources naturelles étaient illimitées, et donc hors champ de la théorie. Dans le monde du physicien et de l’ingénieur, c’est l’inverse : d’abord, vous avez des ressources naturelles, et la capacité à les transformer, c’est-à-dire l’énergie, et ensuite vous êtes capables de produire. Les euros ne sont que la contrepartie monétaire d’une transformation physique indispensable. L’économiste, lui, raisonne à l’envers ! D’abord, la production croit parce que nous le souhaitons, et ensuite cela « appelle » des ressources naturelles et de l’énergie, qui sont vues comme des charges. Mais vous ne les ferez pas changer d’avis : ça les obligerait à repartir de zéro, et aucune profession n’accepte cela. Les politiques également ne sont pas moins dans le déni. Ils ont envie de croire le message des économistes, qui disent : « Si vous appuyez sur les bons boutons, le PIB repartira, et il n’y a pas de problème de limite physique ». En outre, une élection étant une mise en concurrence, vous voyez des politiques se faire élire sur un programme dans lequel ils expliquent : « Bonne nouvelle les amis, à partir de maintenant il va falloir gérer la restriction », alors que le voisin promet le monde merveilleux ? Certes, Yves Cochet a été élu député pendant des années en disant que le monde allait s’effondrer, mais il était bien une exception… L’Occident est bien parti pour se désintégrer en étant toujours dans ce déni. Je ne suis pas du tout sûr que la théorie économique s’amendera avant…

 

 Vous voyez des politiques se faire élire sur un programme expliquant : « Bonne nouvelle les amis, à partir de maintenant il va falloir gérer la restriction » ?

 

Le défi de l’humanité consiste à contenir la hausse des températures moyennes du globe à moins de 2°C d’ici à 2100 et, donc, de réduire l’utilisation des énergies fossiles. En prenons-nous le chemin?

Le drame, c’est que ceux qui en ont pris le chemin, dont l’Europe, ne l’ont pas choisi ! De 1992 (sommet de la Terre) à 2006, les émissions de l’Europe sont restées désespérément constantes. En 2006, sous la triple contrainte d’un déclin charbonnier et gazier sur le continent, et d’un plafonnement de l’offre pétrolière mondiale, l’Europe a commencé à baisser ses émissions. Mais les pays qui ont la possibilité de continuer à puiser dans les ressources fossiles de manière croissante, dont l’Inde, la Chine, les pays d’Amérique latine, le font… Bref, aujourd’hui les seuls qui ont baissé leurs émissions de CO2 s’arrogent des brevets de vertu en disant que c’est à cause du climat, mais c’est hélas lié à une contrainte d’approvisionnement en énergie, qui a déclenché la crise économique…

 

Comment agir pour stopper l’addiction mondiale à l’énergie ?

Il n’y a malheureusement que deux options, aucune n’étant parfaite. Soit on s’impose de nous-mêmes une forme de sobriété, qui est récessive, et que l’on gère au mieux. Ou bien, les ressources fossiles étant épuisables, le système se régule un peu plus tard (ou dès à présent en Europe) par la pénurie subie, et ce sera pire. En particulier si la régulation touche à la population, cela signifie le retour des famines et pandémies. Soit dit en passant, plus vite la population augmente aujourd’hui, et plus ce sera dur de relever le défi de la sobriété, parce que plus nous serons nombreux autour de la table, et plus il sera difficile de satisfaire tout le monde avec la même quantité de nourriture.

 

On peut facilement se débarrasser des 5 % d’électricité produite par l’énergie fossile en montant un peu la production des réacteurs nucléaires existants

 

Le fleuron du photovoltaïque français Photowatt annonce qu’il va relancer une production de panneaux photovoltaïques performants et bas carbone et vise le marché français. Une bonne nouvelle ?

S’il s’agit ensuite de les exporter en Chine pour remplacer du charbon, cela contribuera peut-être (un peu) à la baisse des émissions, mais si c’est pour les installer en France, cela ne permet pas d’éviter du CO2 (ni de supprimer des réacteurs, car il faut les conserver pour la garantie de puissance quand il n’y a ni soleil ni vent). L’électricité française, aujourd’hui, c’est environ 75 % nucléaire, 15 % d’hydraulique, 5 % d’éolien (et 1 % de solaire), et il reste 5% de fossile dont on peut facilement se débarrasser en montant un peu la production des réacteurs nucléaires existants. Rappelons que le nucléaire ne produit pas de CO2, et que la fumée blanche des tours de refroidissement est de la simple vapeur d’eau. À cause de la contraction subie sur l’énergie fossile en tendance, nous allons avoir de moins en moins d’argent en tendance également. Pourquoi utiliser celui qu’il nous reste encore pour des investissements qui ne servent à rien ? Nous avons déjà dépensé 100 milliards d’euros pour avoir 5 % d’éolien et de solaire dans notre électricité, alors que le coût historique de construction du parc nucléaire est du même ordre…

 

Les collectivités sont-elles, selon vous, bien outillées pour réduire la facture énergétique?

Carbone 4 [Ndlr : la société de Jean-Marc Jancovici] travaille peu avec les collectivités (les procédures d’appel d’offre ne sont pas du tout adaptées au métier que nous faisons), et donc je connais cet univers essentiellement au travers des échanges personnels que j’ai pu avoir. Mais j’ai quand même l’impression que la procédure prime trop souvent sur la responsabilisation ou la réflexion. Par ailleurs, ce sont souvent des gouvernements en miniature, avec des responsabilités en silo et beaucoup de difficultés à aborder des problèmes transversaux, or la transition bas carbone en est un par nature. Leurs élus, même si c’est à un moindre degré que les élus nationaux, sont parfois un peu trop séduits par les slogans et pas assez par les règles de trois ! Enfin, le climat est un problème de très long terme, demandant de la planification anticipatrice sur de très longues échelles de temps et, là aussi, les collectivités locales ne sont pas bien outillées pour faire cela.

 

Lire aussi : Transition énergétique :  « Le vrai problème est celui de la gouvernance »

 

À vous entendre, les collectivités ne seraient donc guère plus agiles que l’État pour engager la transition énergétique ?

Exactement comme le pouvoir national, elles ont tendance à empiler des objectifs incohérents les uns au-dessus des autres. Elles veulent à la fois consommer moins d’énergie dans le logement, mais aussi construire plus de logements, car chaque élu cherche à accroître sa base fiscale et à avoir des électeurs logés par ses soins, donc contents. Dès que les élus peuvent ouvrir un centre commercial, ils le font, et une fois construit l’aspirateur à voitures, on parlera de circulation douce ! Il n’y a pas plus de cohérence dans l’activité des collectivités locales, qu’il y en a au niveau national, car la gestion de l’environnement est au fond une gestion de la restriction, et en démocratie aucun élu ne sait bien faire cela, à quel que niveau que ce soit. Cela vient, bien sûr, du fait que les électeurs sont eux-mêmes un peu schizophrènes, voulant le beurre et l’argent du beurre…

 

Dans le monde de l’entreprise, connaîtriez-vous une exemple de mise en pratique d’une sobriété énergétique, qui fonctionne ?

Je connais très, très peu d’entreprises qui ont réussi à conjuguer croissance de leur chiffre d’affaires et baisse de leurs émissions de gaz à effet de serre. Et c’est très difficile pour une raison physique : la production est aujourd’hui assurée par des machines, et les machines ont besoin d’énergie, qui dans notre monde est essentiellement carbonée (même en France). Conjuguer une hausse de l’activité avec une baisse des émissions des gaz à effet de serre, c’est en pratique proche de la quadrature du cercle. J’ai une exception en tête : l’interprofession du champagne, qui regroupe l’ensemble des acteurs de cette filière. Ils ont réussi sur les dix dernières années à augmenter le nombre de bouteilles vendues tout en baissant leur empreinte carbone. Comment ? D’abord parce qu’ils l’ont voulu ! Ensuite, c’est une activité monoproduit, très standardisée dans les procédures. Quand vous avez une bonne idée (et ils en ont eu), vous pouvez la dupliquer partout. Enfin, cela a été possible parce qu’ils sont protégés de l’extérieur par leur appellation qui leur confère l’exclusivité sur leur produit. Ainsi, s’ils s’imposent des contraintes, qui font un peu augmenter les coûts de production, ils peuvent les répercuter beaucoup plus facilement que s’ils avaient des concurrents partout, proposant exactement le même produit fini. Là, je suis en train de vous dire que le libre marché et la protection de l’environnement vont être très compliqués à marier.

 

TÉMOIGNAGE

« Nous souhaitons mettre le cap sur une région décarbonée »

« L’Ile-de-France est la région la plus grosse consommatrice d’énergie. Nous sommes le plus gros importateur d’énergie en France, et nous produisons à peine 10 % de l’énergie que l’on consomme… C’est le résultat de 40 ans de politiques publiques à tous les niveaux qui n’ont pas pris le sujet à bras-le-corps. Aujourd’hui, en tant que chef de file du plan air climat énergie, nous souhaitons mettre le cap sur l’objectif de devenir une région décarbonée, innovante, écologique, qui devienne un modèle. On n’y parviendra pas en 5 ou 10 ans, mais plutôt en une trentaine d’années et en nous appuyant sur de nombreuses solutions ainsi que sur la coordination de l’ensemble des acteurs. Notre logique consiste à remonter très fortement le niveau de production d’énergie intra-Ile-de-France, en développant la part des énergies renouvelables (ENR) dans le mixe énergétique. Nous sommes déjà complètement acteurs dans les domaines du bâtiment, du transport, et des modes de consommation industrielle. Nous soutenons et finançons le développement des ENR, telles que les chaufferies biomasse, les réseaux de chaleur, les panneaux photovoltaïques. Nous renouvelons les lignes de RER avec du matériel qui consomme 20 % d’énergie en moins qu’auparavant. Nous venons de commander les 900 premiers bus propres (électrique, biogaz ou hydrogène) dans le cadre d’un renouvellement intégral des bus du réseau des transports Ile-de-France Mobilités. Nous intervenons financièrement en soutenant la rénovation thermique de copropriétés privées et dégradées, en direct ou à travers la SEM Energie francilienne… »

Jean-Philippe Dugoin-Clément, vice-président de région chargé de l’écologie et du développement durable

 

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité