publicité

TIERS LIEU

Temporairement en accès libre

 

Quel(s) lieu(x) pour (télé)travailler efficacement ?

21/01/2019 | par Pascal Rassat | RH

RH-lieu-travail

Il n’y a plus de « bon » lieu de travail en soi. Tout dépend de la nature de la tâche qu’on doit y effectuer. L’idée de chercher et de mettre en place des lieux de travail qui conjuguent proximité et efficacité se pose donc de plus en plus aux employeurs. Les tiers lieux se développent ainsi comme une alternative judicieuse au classique « bureau ».

 

Article publié le 26 février 2018

Il y a encore quelques années, les notions de lieu et de temps de travail se limitaient souvent à une vision strictement traditionnelle : pour la grande majorité des agents, le cadre d’exercice se limitait généralement à un lieu (le bureau traditionnel) et un temps de travail (les mêmes horaires réalisés au quotidien). Les technologies ont bousculé ce vieux modèle en permettant de travailler depuis n’importe quel lieu et dans n’importe quel temps, mais rendant aussi de plus en plus perméable la frontière entre le bureau et le domicile de l’agent. La mise en œuvre du télétravail permet aujourd’hui à de nombreuses collectivités de réinterroger leurs pratiques sur le lieu et sur le temps de travail, en facilitant le déploiement de solutions modulables et contractualisées, construites à la fois en fonction des attentes individuelles (meilleure conciliation des temps de vie, limitation des trajets domicile-travail) mais aussi, de plus en plus souvent, en fonction des missions spécifiques de l’agent.

 

Lire aussi : Télétravail dans la fonction publique territoriale : des règles enfin

 

Le travail à domicile plus efficace qu’au bureau ?

Une première motivation fonde les candidatures de télétravail : le souhait des agents de travailler dans un environnement plus propice à la concentration. C’est peu dire que la remise en question du bureau comme lieu de travail unique perturbe l’encadrement. Et pourtant, nombre d’agents envisagent, dès qu’ils le peuvent, d’expérimenter d’autres lieux de travail, considérés comme plus favorables à un exercice professionnel.

 

C’est peu dire que la remise en question du bureau comme lieu de travail unique, perturbe l’encadrement

 

 

Car une semaine de travail est organisée autour de multiples moments : certains de ces moments nécessitent un environnement calme, pour des tâches individuelles, par exemple pour rédiger un document ou traiter un dossier. D’autres, au contraire, doivent permettre de travailler avec des membres de l’équipe, en binôme ou en petits groupes, lors d’une réunion. À cela s’ajoutent des moments de travail à distance avec des collègues sur des sites distants ou avec des partenaires extérieurs. Sans compter les moments de convivialité qui sont tout aussi nécessaires à la cohésion d’un groupe. Si le bureau peut être parfaitement adapté pour certains de ces moments, il ne l’est pourtant pas pour tous. Il peut même parfois générer un surcroît de stress et de fatigue, voire un facteur de démotivation pour certains agents. Pour ces agents, le télétravail, généralement limité à un ou deux jours par semaine, constitue une pause indispensable dans une semaine de travail.

 

Rapprocher le lieu de résidence du lieu de travail

Au-delà des questions d’efficacité se posent aussi les questions de déplacement : en demandant le recours au télétravail, les agents souhaitent aussi limiter leurs trajets domicile-travail. Sur ce point, beaucoup d’employeurs estiment ne pas avoir à prendre en considération le lieu de résidence de l’agent, arguant que celui-ci serait un choix individuel. On sait bien, pourtant, que le choix du lieu de résidence reste souvent imposé, dirigé par des contraintes de coût immobilier notamment.

 

Le tiers lieu peut permettre de reconstituer un environnement de travail, d’autant plus social, qu’il se situe à proximité du lieu de résidence

 

Nier le rôle de chaque employeur à considérer les contraintes spécifiques de déplacement des agents, c’est aussi faire une croix sur un facteur majeur d’amélioration de la qualité de vie au travail et de motivation des agents. Car, aujourd’hui, le domicile n’est que l’une des alternatives possibles. Les tiers lieux de travail constituent une autre façon d’envisager l’environnement de travail en rapprochant le bureau du domicile. De plus en plus de territoires (régions, départements, communautés de communes…) ont déployé des tiers lieux, ces lieux d’accueil à proximité du domicile et qui visent à accueillir des actifs, salariés ou indépendants, du public ou du privé, dans un même lieu de travail. Le tiers lieu peut permettre de reconstituer un environnement de travail, d’autant plus social qu’il se situe à proximité du lieu de résidence. Si les professionnels que l’on peut y croiser ne sont pas tous des collègues directs, de la même organisation, ils habitent tous dans les environs, reconstituant ainsi un environnement social de proximité.

 

Lire aussi : Le télétravail : source d’innovation pour les collectivités

 

Un lieu, un moment, une tâche ?

La notion de lieu de travail est fortement reliée à celle du temps que l’on va y passer. La question qui se pose n’est pas tant de savoir si le lieu de travail que constitue le bureau est adapté mais plutôt sur quelles tâches le bureau permettra d’être le plus efficace. Comme il n’aurait pas de sens de proposer le télétravail à temps plein, celui-ci constituant alors un nouveau risque d’isolement et de rupture avec l’équipe, utiliser le bureau comme lieu unique pour réaliser toutes ses tâches, en cumulant en plus les contraintes liées au déplacement, n’a pas plus de sens. Proposer plusieurs lieux de travail, c’est d’abord permettre de briser la monotonie d’une semaine de travail et le sempiternel rythme boulot/bureau/dodo. C’est aussi ouvrir la possibilité d’adapter ses missions en choisissant le lieu le plus adapté, qui permettra de réaliser chaque tâche avec le maximum d’efficacité et le minimum de stress et de fatigue.

Abonnement

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité