publicité

ICI ET MAINTENANT

Abonné

 

Un jour, je me suis planté : je ne me suis pas rendu disponible

28/02/2018 | par Eric Delon | E=MC²

businessman in modern office room hand stop gesture ©Imilian - istock

Même s’il doit gérer un emploi du temps serré, le manager doit se montrer disponible vis-à-vis de ses collaborateurs sous peine de générer de la démotivation et de la frustration.

test banniere un jour je me suis planté

 

 

En tant que cadre territorial, je suis «pris » voire «très pris » . Mes collaborateurs estiment, voire déplorent, que j’ai un « agenda de ministre », que je suis « super booké ». Je dois, en effet, me montrer disponible vis-à-vis de mes élus, et notamment vis-à-vis du premier d’entre eux, mais aussi auprès de mes supérieurs hiérarchiques. Je dois donc gérer mon temps efficacement et placer des « garde-fous » pour ne pas me faire envahir davantage. Je dois faire la part des choses entre ce qui nécessite ma présence, mon implication et ce qui peut se dérouler sans moi.

 

Ne pas s’impliquer dans tous les projets

Un risque classique consiste à s’impliquer démesurément dans un projet au risque de ne pas savoir déléguer et de ne pas se montrer suffisamment disponible vis-à-vis de ses collaborateurs. Ce manque de disponibilité peut être interprété comme un détachement voire une indifférence vis-à-vis des problèmes de ces derniers. La ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité