publicité

MARCHE ARRIÈRE

Abonné

 

Après la décentralisation, la re…centralisation

12/04/2018 | par Emmanuel Legrand | Juridique

518_ouv_juridique ©olly - adobestock

Après le mouvement décentralisateur, un mouvement inverse est en marche. À force de regroupements, de rationalisation, d’économie d’échelle, c’est toute la substance du contact avec les territoires qui risque de disparaître.

C’est un peu comme si l’adage « chasser le naturel, il revient au galop » prenait corps sous nos yeux en matière d’administration et de services locaux. Parler de désertification rurale, de fermeture de services ou, au mieux, de regroupements, est devenu réalité. Certes, il y a des impératifs comptables. Certes, il y a les évolutions de population de même que la tendance de l’économie à se concentrer autour de grands pôles. Mais il y a aussi les décisions politiques. Cette volonté, en particulier très nette, de régionaliser les services et… de fusionner les régions elles-mêmes.

 

Technique, mais pas que…

Bien souvent, les premières mesures sont techniques. À titre d’exemple révélateur, le décret n°2010-146 du 16 février 2010 modifiant le décret n°2004-374 du 29 avril 2004 relatif aux pouvoirs des préfets, à l’organisation et à l’action des services de l’État dans les régions et départements, d’où il ressort le principe que : « Le préfet de région est le ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité