Que dois-je faire quand... un collaborateur arrive en retard de manière chronique

publicité

JE SUIS EN R'TAAARD !

Abonné

 

Que dois-je faire quand… un collaborateur arrive en retard de manière chronique

09/05/2018 | par Christophe Daziron | E=MC²

retard_AdobeStock_195850116 ©Dmitriy - adobestock

Qui n’a pas connu un collaborateur aux retards chroniques. Parce que ces situations sont pénibles pour tout le monde et, pire, remettent en cause des valeurs fondamentales du travail en commun, il faut agir. Comment ?

que dois je faire quand

 

Malgré plusieurs avertissements, Romuald arrive toujours entre un quart d’heure et une heure de retard trois fois par semaine. « Il est 10h05 ce jeudi, quand il passe discrètement à côté de mon bureau pour aller s’installer à son poste. » Le retard, a fortiori quand il est chronique, est une réelle source d’irritation pour un manager.

 

L’important, dans la gestion des conflits,
n’est pas l’atterrissage, mais la chute

 

Et il peut générer un sentiment d’injustice, d’iniquité entre les agents : « Pourquoi dois-je me lever plus tôt alors que Romuald arrive tous les jours à 9h30 ? Il est avantagé alors qu’il ne travaille pas plus ou mieux que moi. »

Il peut enfin provoquer une baisse significative de l’efficacité de l’équipe et du service public : « Le CCAS accueille le public et gère le back-office. On est obligé d’attendre l’arrivée de Romuald pour assurer l’accueil des demandeurs dans les conditions légales de qualité et de sécurité. Comme on ouvre ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité