publicité

UNE AIGUILLE DANS DU FOIN

Abonné

 

Recrutement : pourquoi le big data n’est pas la solution miracle – Partie 1

23/05/2018 | par Yves Richez | E=MC²

bigdata.AdobeStock_78672311 ©maciek905 - adobestock

Le big data voit tout mais n’observe rien. En clair, l’accumulation de données et les contraintes de leur traitement massif le conduit à produire des « prédictions ». Un système qui pose question.

Le big data voit tout mais n’observe rien. Il est la transposition d’un fond d’entente né de la culture grecque dans l’océan de la virtualité contemporaine. Vouloir utiliser le big data pour détecter les
« talents » ne peut être la solution miracle, dès lors qu’elle ne se réapproprie pas d’où elle pense et comment elle pense.

 

Le principe du big data

Le big data, du moins son concept, vient de l’émergence d’accumulations titanesques de données brutes à stocker et à traiter. Rien que le projet Hamlet conduit par Oren Etzioni, duquel découle la startup Farecast, a analysé 200 milliards de données relatives au prix des vols (Cukier, Mayer-Schonberger). L’enjeu était de prévoir l’évolution d’un billet d’avion et de permettre aux acheteurs de cliquer au moment le plus avantageux pour eux.

 

Le principe est de pouvoir trouver un modèle
dans une masse considérable de données grâce
aux mathématiques

 

Il convient d’éviter la ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité