publicité

SENS DESSUS DES(SOUS)

 

Taxe d’habitation : le plus difficile, ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage

29/05/2018 | par Denis Courtois | Actualités

519_taxe habitation ©Jakub Krechowicz - adobestock

Après des mois d’attente, le rapport Richard-Bur a enfin été publié. À défaut d’un nouvel impôt pour remplacer feue la taxe d’habitation, le casse-tête reste entier. Plus que jamais, un atterrissage qui ne ferait pas de blessés semble compliqué.

« Seul le partage de fractions supplémentaires d’impositions de niveau national présente un potentiel de ressources de [l’]ampleur effectivement disponibles » des 26,4 milliards d’euros de perte de recettes que signifie la suppression de la taxe d’habitation (TH). Voilà en substance le résumé du « Rapport sur la refonte de la fiscalité locale » rédigé par le sénateur LREM Alain Richard et l’ancien DGCL Dominique Bur, dont l’histoire retiendra peut-être qu’il a atterri au beau milieu d’un mois de mai, entre deux ponts qui célébraient pour l’un un armistice, pour l’autre une ascension.

 

Lire aussi : Et si la fin de la taxe d’habitation était une bonne nouvelle ?

 

Le travail à réaliser semble néanmoins « titanesque » non seulement pour l’État en matière de moyens à trouver mais aussi pour les collectivités dans les effets collatéraux et les incidences qui apparaissent jour après jour. Voilà donc en quelques points l’essentiel de ce que l’on ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité