Investissements : la fin des projets pharaoniques

publicité

ÉLÉPHANTS BLANCS

Abonné

 

Investissements : la fin des projets pharaoniques

26/07/2018 | par Patrick Martin-Genier | Finances

520_lasserpe_projet.pharaonique

L’époque des projets démesurés des élus serait-elle révolue ? La baisse des dotations aux collectivités, la disparition de la génération des maires mégalomanes, l’exigence de proximité et de prise en compte d’un environnement plus respecté expliquent cette tendance de fond.

Pendant les années consécutives à la décentralisation consacrée par les lois Deferre de 1982 et 1983, les collectivités locales, enivrées par leurs nouveaux pouvoirs et les outils financiers considérables dont elles disposaient, ont massivement investi. Ce mouvement s’est inscrit dans une tradition des maires dits « bâtisseurs », voire bétonneurs pour certains. Il s’agissait de construire des bâtiments et des infrastructures sans compter, avec parfois des dépenses somptueuses. Dans les années 1990, les nouveaux hôtels de ville flambant neufs ont ainsi fait florès sans trop regarder à la dépense. Ces années furent aussi marquées par la montée en puissance des départements et régions, dont les sièges furent entièrement refaits avec des déménagements coûteux.

Lire aussi : Exclusion : au service d’une société qui a changé, les enjeux ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité