publicité

ARBITRAGES ET CONTREPOIDS

Abonné

 

Ce que nous dit l’affaire Benalla du fonctionnement de l’administration et du droit

13/09/2018 | par Camille Mialot | Toute l'actualité

521_affaire_benalla ©Romolo Tavani - adobestock

Si c’est l’Élysée qui a été la cible de toutes les critiques dans l’affaire Benalla, l’illégalité a touché en cascade de nombreuses administrations pourtant dirigées par des fonctionnaires chevronnés.

Tous les regards se sont tournés dans cette affaire vers le président de la République, mais c’est à notre sens du fonctionnement de l’administration en général et de son rapport au droit dont il est sans doute question au fond. Car ces faits, s’ils sont établis, sont d’une gravité très modérée en regard d’autres affaires ayant entaché le fonctionnement de l’Élysée (les écoutes, par exemple, sous Mitterrand).

En revanche, nous avons assisté à un accommodement en cascade à l’illégalité d’un nombre assez important de services : l’Élysée, les services de la préfecture de police de Paris, du ministère de l’Intérieur, du Premier ministre… Tous ces services sont dirigés par des hauts fonctionnaires connaisseurs aguerris du fonctionnement de l’État : préfets, conseillers d’État etc.

 

Quand la loi cède

Car s’il y a bien un fait troublant dans ce dossier, ce n’est pas la présence d’un gros bras dans l’entourage du président qui profiterait de ses congés pour faire de la castagne, jouer ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité