publicité

CELUI QUI DIT NON

Abonné

 

Comment justifier le refus d’une demande de télétravail ? Partie 1 – Pourquoi refuser le télétravail

19/09/2018 | par Pascal Rassat | E=MC²

teletravail_refus-pkoi © Alen-D - adobestock

Gérer la décision d’accorder le télétravail, c’est d’abord et surtout savoir gérer les refus. Un refus qui reste en effet souvent mal vécu, aussi bien d’ailleurs par l’agent que par l’encadrant qui doit annoncer cette décision. Pourtant, cette justification est possible en prenant en compte quelques règles simples.

 

Beaucoup de collectivités décident de démarrer leur réflexion sur le télétravail en définissant les métiers ou les postes qui sont éligibles et donc ceux qui ne le sont pas. Cette méthode peut être remise en question, car elle apparaît bien souvent comme trop restrictive et aussi trop rigide. Il est préférable de privilégier une analyse plus fine des tâches réalisées pour déterminer qui peut, ou pas, accéder au télétravail.

 

Les encadrants doivent parfois gérer les refus alors qu’il aurait été bien préférable de ne pas autoriser certaines candidatures en amont

 

Pour être efficiente, cette analyse doit être réalisée directement par le binôme encadrant-télétravailleur concerné et non, de manière descendante par la direction des ressources humaines. Elle doit aussi être menée de préférence avant d’engager le projet. Cette règle, qui peut paraître simple, n’est pas toujours appliquée dans les services. Les encadrants doivent ensuite gérer les refus alors qu’il aurait été ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité