publicité

COMMENT VOUS DIRE...

Abonné

 

Justifier le refus d’une demande de télétravail – Partie 2 – Signifier le refus de télétravail

20/09/2018 | par Pascal Rassat | E=MC²

Human hand holding adhesive note with Sorry text

Une fois qu’on a décidé que la demande de télétravail d’un agent ne pouvant être acceptée, autant le dire dans les formes. Car une justification objective d’un refus est encore le meilleur moyen de ne pas susciter de la frustration.

    

Pour qu’un encadrant puisse juger de la capacité personnelle des agents de son service à télétravailler, il faut bien sûr qu’il ait pu juger sur pièces et pendant un temps suffisamment long des compétences et de la façon de travailler des agents de son service. C’est la raison pour laquelle la plupart des organisations publiques demandent une ancienneté minimum sur le poste (suivant les cas, de six à douze mois) avant de pouvoir accéder au télétravail.

 

Voir notre précédent article.

 

Se connaître avant d’accepter le télétravail

Cette connaissance du contexte de travail ne suffit pas toujours et c’est généralement le contenu de l’entretien annuel d’évaluation qui va déterminer la meilleure méthode pour justifier un éventuel refus. Si l’encadrant a déjà indiqué à l’agent les problèmes ou manques qu’il a repérés, il pourra s’appuyer sur cet entretien pour justifier le refus (ex. : « nous avions dit à l’entretien annuel qu’il y avait encore des progrès à ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité