À NOUS DE FAIRE PENCHER LA BALANCE

Abonné

 

La transition écologique : une obligation pour nos politiques publiques

12/10/2018 | par Emilie Bret | E=MC²

522-ouv mngt-transition ©leowolfert _ adobestock

Face à la catastrophe annoncée, les cadres territoriaux peuvent agir. En faisant de la durabilité de notre planète non pas une option, un avantage, mais l’essence même de toutes nos politiques publiques.

D’ici moins de cinquante ans, le Rhône aura perdu sa source. Quelque part dans le Valais, en Suisse, le glacier perché au-dessus du village de Gletsch, aura succombé à l’excès des hommes.

 

On nous a légué une planète, laquelle léguerons-nous ?

Le village lui-même pourra aussi perdre son nom, qui signifie « glacier » en allemand. Bien sûr, dans cinquante ans, il y aura encore de l’eau dans le Rhône, mais plus de source officielle. Plus celle qu’avaient identifiée nos ancêtres, qui nous ont légué une planète suffisamment préservée pour que nous puissions jouir de toutes les richesses de voir couler un si puissant fleuve à nos portes. Agriculture, tourisme, énergie… Tout ce que cette si précieuse eau nous apporte, la vie en quelque sorte.

L’été caniculaire qui vient, une fois de plus, de nous frapper nous l’aura durement rappelé. Ainsi que le recul du « jour du dépassement » : en 2018, le 1er août. En 1998, le 30 septembre. 20 ans seulement entre ces deux marqueurs. Nous assistons à ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?