publicité

À LIRE

 

Prospective du monde en 2050

14/11/2018 | par Julien Damon | Toute l'actualité

524 a lire ©peshkov adobestock

Qui eût pu prédire en 1911 le monde de 1945, en 1885 celui de 1919, en 1982 celui de 2016 ? Plus de trois décennies nous séparent de l’horizon 2050, et selon toute probabilité, le monde sera dans ce tiers de siècle tout autre que ce que nous sommes en mesure d’imaginer. Les actes d’un colloque tenu en 2016 pour célébrer les 30 ans du Futuroscope rassemblent les pistes et les projections qui dessinent les contours du monde de demain.

L’ouvrage n’est pas un chef-d’œuvre. D’abord un bon point. Rédigé à l’issue d’un « Forum des futurs », il ne retranscrit pas littéralement – ce qui est généralement ennuyeux – les propos tenus à l’occasion d’une rencontre. Il s’agit plutôt d’une synthèse libre, avec une plume lettrée, des principales conclusions de ces rencontres. Il en ressort un texte original avec des éclairages sur ce qui peut advenir. Il manque cependant, par endroits, de la rigueur pour laquelle il plaide pourtant. Passons, et venons-en aux principaux enseignements.

 

De quoi demain sera-t-il fait ?

Réalisé par Futuribles – un rassemblement de spécialistes de la prospective – le travail rapporte d’abord quelques données.

Si l’on compte aujourd’hui dans le monde près de 270 millions de francophones, vers 2050, ce chiffre serait de 770 millions. Le français est l’une des principales langues de demain. Tout sera fonction, pour atteindre un tel niveau, des orientations de l’éducation en Afrique.

Loin des seuls chiffres globaux, l’analyse est très ancrée. Le propos a été construit pour l’anniversaire du Futuroscope – ce télescope braqué sur l’avenir. Ce sont donc, à partir de lieux, des entreprises et des personnalités ayant participé à l’aventure qui décrivent le projet, sa réalisation, et, surtout, leurs perspectives.

 

À la vision enchantée d’un monde davantage collaboratif et participatif s’oppose celle de la déflagration

 

Si l’on doit tirer une unique notation originale, et un rien inquiétante, de l’abondance des données et des regards sur l’avenir, c’est la possibilité de la guerre qui affleure. Les mouvements géopolitiques ont leur écume (les mini-évènements), ils ont aussi leurs fondamentaux. Les blocs se singularisent et devraient toujours davantage s’opposer. L’Afrique pourrait certes s’affirmer et participer plus complètement à l’amélioration des conditions de vie dans le monde. Mais Russie et Chine s’avèrent, d’ores-et-déjà, plus bellicistes.

Ainsi, à la vision enchantée d’un monde davantage collaboratif et participatif s’oppose celle de la déflagration. Le monde, en tout cas, connaît trois tendances : ralentissement de la mondialisation, affirmation de super-États usant de la contrainte, éveil des peuples. On ne saurait déceler d’où pourraient provenir les plus graves problèmes du monde de 2050. Reste que les plus grands dangers ne viendraient peut-être pas de pouvoirs trop forts, comme ceux des présidents chinois ou russe, mais de l’anarchie/dictature dans tant d’États du Sahel.

 

Lire aussi : Monde du travail : le contre-exemple américain

 

Un livre inégal

Les textes assemblés ici font la part belle à Thierry Breton (qui fut, entre autres, à la manœuvre pour la création du Futuroscope), à certaines entreprises comme Atos, la Maif, RTE ou Michelin. L’avenir numérique et l’informatique quantique sont célébrés tandis que des réserves peut-être trop prononcées sur le modèle social actuel ponctuent les prises de position.

 

L’avenir numérique et l’informatique quantique sont célébrés tandis que des réserves sur le modèle social actuel ponctuent les prises de position

 

Au-delà du contenu, le point est dans la forme. Les actes de colloque sont rarement lus. Disposer d’une écoute et d’une écriture transversales permet de construire un véritable livre. À compléter nécessairement par les travaux plus détaillés, qu’il s’agisse des projections démographiques ou des analyses d’institutions aussi différentes, au moins en taille, que Futuribles ou la CIA. L’ensemble, en tout cas, permet de s’extraire de l’actualité immédiate et des élections françaises…

 

Extraits
« Nous vivons une époque de pliure de l’évolution. »
« L’heure est à l’éclosion de sociétés africaines ‘afroresponsables’, capables de capter le gisement d’innovation dont elles sont riches. »
« Pour devenir ce qu’elle est, la Chine n’a compté sur l’appui de personne. C’est une leçon très confucéenne à méditer, pour l’Afrique et tous les autres, à commencer par l’Europe. »

Futuribles International, Le monde à l’horizon 2050, Ginkgo, 2017, 263 pages, 15 €.

 

Lire aussi : Allumez les lumières !

 

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité