publicité

C'EST TENDANCE

Abonné

 

« Pour développer les start-up de territoire, l’adhésion de la direction et des élus est essentielle »

28/11/2018 | par Coralie Donas | Innovation

itw amelie brun ©Thierry Houyel-Direction CD14

Pas-de-Calais, Paris, le Calvados… Depuis 2016, des collectivités, se sont lancées dans l’aventure des start-up publiques pour créer de nouveaux services publics en ligne. Amélie Brun, directrice de la modernisation de l’action publique au conseil départemental du Calvados, explique les motivations de sa collectivité.

Pourquoi le département du Calvados compte-t-il parmi les premiers à s’engager dans les projets de start-up de territoire ?

La direction de la modernisation s’est rapidement intéressée aux outils développés par le réseau des incubateurs des start-up d’État, beta.gouv.fr. Nous sommes aussi utilisateurs des sites développés dans ce cadre comme data.gouv.fr ou demarches-simplifiees.fr. La méthode des start-up d’État, qui promet un résultat en six mois, un budget fixe, des ressources dédiées et la possibilité d’arrêter à tout moment est très intéressante pour nous. Les projets numériques prennent en effet du temps, les ressources métiers sont compliquées à mobiliser et l’argent investi n’aboutit pas toujours à un résultat probant. Notre direction et notre président étaient intéressés par la démarche de l’État et je suis rentrée en contact avec la Dinsic.

 

« Le président, qui faisait partie du jury. Cela souligne l’adhésion ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité