publicité

C'EST CLAIR

Abonné

 

Aider un collaborateur à sortir de son incongruence – Partie 2 : la prise de conscience

20/12/2018 | par Élisabeth Provost-Vanhecke | E=MC²

incongruence.2 ©Ingo Bartussek - adobestock

On l'a vu dans le précédent article, un agent peut avoir des comportements incongruents sans en être conscient pour autant. Cela résulte souvent de routines au travail, de réflexes qui ont rendu service auparavant. Alors comment aider le collaborateur à sortir de ses contradictions internes ?

Après un long travail de préparation (Voir le première partie de cet article sur notre site), on peut entrer dans le vif du sujet. Les éléments accumulés dans l’entretien permettent à l’agent de se rendre compte de son fonctionnement, et donc d’en sortir. Pour y arriver à ce résultat, le manager doit utiliser un protocole bien précis.

 

Poser la question de l’incongruence…

« Bien. Lucien, il faut que vous m’expliquiez. Vous clamez à qui veut bien l’entendre que dans les quartiers de la ville, il n’y a que des bons à rien ; c’est ça ? » « euh… je ne comprends pas votre question… » « Vous êtes d’accord avec vos propos ? » « Évidemment, c’est moi qui l’ai déclaré, il y a un instant ! » Répond Lucien avec un certain agacement.

« Alors, reprend Sabine, comment pouvez-vous dire d’un côté que ces jeunes sont bons à rien ; et d’un autre citer tout ce que vous avez fait avec eux et tous les résultats qu’ils ont obtenus avec vous ? »

Le collaborateur regarde la DRH d’un air hébété ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité