publicité

FICHE DE LECTURE

Abonné

 

Ubérisons l’État avant que d’autres s’en chargent

09/01/2019 | par Samia Khenniche | E=MC²

uberisation ©OpturaDesign _ adobestock

L’ubérisation gagne l’ensemble des secteurs de la société, services publics compris. C’est le constat dressé par les auteurs d'un livre qui attire l’attention des acteurs publics : subie ou accompagnée, cette donnée va s’imposer. Ils proposent alors d’appréhender le phénomène comme une opportunité de transformation de l’action publique pour plus d’efficacité.

Qu’est-ce qui est intéressant ?

Proposant leur définition de l’ubérisation (voir encadré ci-dessous), les auteurs fixent les éléments structurants que les managers publics doivent mettre au centre de leur réflexion : plateformes numériques, absence d’infrastructures physiques et d’opérateurs, client au centre de la proposition.

Aucun champ ne sera, à termes, épargné par cette nouvelle forme de concurrence. Éducation, sécurité, santé (pp. 29 à 50) sont ainsi cités en exemples. Ce qui implique pour les managers publics une réflexion systémique et non thématique.

 

De nouveaux services voient le jour afin de soulager les points de contacts « irritants » entre usagers et administrations

 

Face à ces constats, l’évolution du service public paraît inévitable tout en étant déjà amorcée. Ainsi de nouveaux services voient le jour afin de soulager les points de contacts « irritants » entre usagers et administrations.

C’est le cas de

Ce contenu est réservé aux abonnés

Pas encore abonné ?

publicité