publicité

EMPIRIQUES

Abonné

 

Faire, sans savoir comment faire, tout en le faisant bien (1re partie) : la découverte des « compétences cachées »

01/02/2019 | par Élisabeth Provost-Vanhecke | E=MC²

competences cachees1-AdobeStock_133221423 ©blende11.photo - adobestock

Parfois, des agents qui n’ont pas reçu de formation adaptée aux problèmes techniques réussissent par tâtonnements à comprendre un processus spécifique. La méthode peut être efficace, à tel point qu’il n’est pas rare qu’ils expliquent à leurs collègues comment faire.

Si l’on a plus coutume de constater l’apparition de compétences pragmatiques sur les chantiers ou dans les ateliers, cela arrive aussi dans les bureaux…

Il n’est pas rare qu’une personne soit catégorisée une bonne fois pour toutes dans un champ de compétences spécifique. Beaucoup d’excellentes raisons peuvent le justifier : l’expérience précédente, le niveau de diplôme ou l’actuelle posture au travail. L’individu est enfermé dans des compétences préétablies, capable de faire ceci et incapable de faire cela. Donc, on ne pourra pas lui confier telle tâche ; cette formation n’est pas pour lui ou inutile de lui donner plus de responsabilité…

 

L’individu est enfermé dans des compétences préétablies, capable de faire ceci et incapable de faire cela

 

Cette mise en « cause effet » des possibilités des bas potentiels est non seulement dommageable à la personne mais aussi à l’organisation de travail, qui se prive par là-même de compétences évolutives ignorées, y compris par celui ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité