publicité

LA FACE CACHÉE

Abonné

 

Découvrir ce qui est le plus important pour un collaborateur (Partie 1) : la « structure conceptuelle de la situation »

18/07/2019 | par Élisabeth Provost-Vanhecke | E=MC²

important_AdobeStock_137673023.jpeg ©mvcaspel - adobestock

Parfois, certains persistent à refuser une organisation sur laquelle tout un service est pourtant d’accord. Pour un manager, cette situation risque de devenir intenable car malgré tous ses efforts, il n’a rien pu mettre en place pour convaincre son collaborateur de changer de comportement. Et en tant que cadre, il est responsable de cet état de fait. Et pourtant… si l’agent n’était pas en conscience de son attitude ?

Article publié le 12 février 2019

 

En situation de travail, d’autres éléments que ceux du savoir participent à ce qu’une personne peut comprendre : la nature des relations avec autrui et le ressenti que l’on peut en avoir ; la représentation que l’on se fait de la situation : bien ou mal, positif ou négatif, approprié ou pas. Pour chaque individu, tous ces éléments structurent sa façon de penser la situation de travail, ils la conceptualisent. Ainsi, ils déterminent la décision et/ou l’action qui en découleront. On identifiera ce phénomène sous le terme de « structure conceptuelle de la situation » (1).

 

Certains restent à côté

Chaque individu étant unique dans son mode de fonctionnement, de par son histoire de vie ou son expérience, il est facile d’imaginer les différences pouvant exister entre sa « structure conceptuelle de la situation » et celle des autres personnes ! Dans le cadre du travail, grâce aux interactions qui créent une sorte d’habitude relationnelle de pensée et ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité