publicité

À LIRE

 

Histoire et perspectives des villes globales

13/03/2019 | par Julien Damon | Actualités

527-alire-globalcities ©tam - adobestock

Les villes globales ont toujours pesé dans l’économie mondiale. À l’avenir, elles pèseront davantage encore. Mais ce ne seront plus les mêmes. Expert du développement urbain, qu’il voit d’un œil favorable, Greg Clark se penche sur les vagues de globalisation économique qui, hier comme aujourd’hui, ont eu pour épicentres des villes globales.

Des cités antiques aux métropoles modernes contemporaines, les villes fascinent. Selon Greg Clark, l’histoire des grandes villes est un peu celle du monde dans sa globalité. Elles furent des berceaux du commerce et de la politique. Elles sont des concentrés de technologies et d’innovations. Clark plonge dans les racines urbaines de l’humanité pour tirer les fils de ce qui fait la spécificité des villes mondiales ou globales. Les deux qualificatifs sont employés depuis la première guerre mondiale.

 

Lire aussi : Prospective du monde en 2050

 

Un voyage dans le temps des villes

On voyage, avec l’auteur, sur les réseaux des Phéniciens, sur les étapes de la route de la soie, dans les comptoirs de la Ligue Hanséatique, dans les ports du commerce triangulaire (que l’on appelle aussi la traite négrière). On se retrouve également, aujourd’hui, dans les rues et circuits de décision de Singapour, de Londres, de Hong Kong mais aussi d’Oslo, Santiago ou Shanghai.

Enjambant les siècles, la ville globale se distingue par cinq traits : des connexions avec le reste du monde ; la diversité de sa population ; ses capacités d’adaptation aux évolutions des circuits économiques ; ses réalisations en termes de nouveaux marchés et nouveaux produits ; ses réussites dans le concert des nations et des villes.

 

De nouvelles villes globales rejoindront de très anciennes dans une compétition mettant à rude épreuve la prééminence des capitales occidentales

 

Si le passé éclaire avec intérêt l’avenir, c’est tout de même le futur qui retient l’attention. Clark souligne le nombre grandissant des villes globales. Dans les années 1980, seules New York, Londres, Tokyo et, selon certains experts, Paris, pouvaient prétendre au label. Aujourd’hui Clark en recense 150 parmi 500 agglomérations de plus d’un million d’habitants. Dans la mesure où l’urbanisation progresse fortement (80 % des humains pourraient habiter en zone urbaine en 2100), le nombre de villes globales devrait déjà doubler ou tripler dans les prochaines décennies.

 

Lire aussi : Villes et vies optimisées

 

Compétition des villes

Si une grande partie de l’histoire économique a été écrite par les cités d’un passé plus ou moins lointain (un échantillon par ordre alphabétique : Alexandrie, Amsterdam, Athènes, Bagdad, Canton, Carthage, Lisbonne, Pise, Rome, Saigon, Venise), les métropoles de l’avenir contribueront plus fortement encore à un monde lui-même plus globalisé.

 

Ces villes globales dites émergentes, et déjà singulièrement puissantes, tendent à la spécialisation

 

Avec le déplacement du barycentre du monde, à la fois vers le sud et vers l’est, de nouvelles villes globales (Lagos) rejoindront de très anciennes (Pékin) dans une compétition mettant à rude épreuve la prééminence des capitales occidentales. Ces villes globales dites émergentes, et déjà singulièrement puissantes, tendent à la spécialisation : Dubaï et la finance, Bangalore et l’informatique.

 

Forces centripètes et forces centrifuges

Clark trouve une bonne formule, issue de la physique, pour résumer les tensions nationales auxquelles sont confrontées, partout, les villes globales. Celles-ci sont, en effet, accusées de faire vivre des forces centripètes, captant les richesses et les talents tout en appauvrissant les autres territoires. Or c’est le contraire qui prévaut. Les villes globales attirent certes du dynamisme et des investissements, mais elles alimentent des forces centrifuges de redistribution vers leurs périphéries immédiates comme éloignées. Plutôt urbanophile, c’est-à-dire favorable à la croissance urbaine, Clark soutient, à juste titre, que ce débat centripète/centrifuge prendra plus d’ampleur dans les années à venir.

 

Extraits
« Le 21e siècle est le siècle des métropoles. »
« Les villes ont toujours occupé une place éminente dans toutes les phases de mondialisation. »
« Les villes globales occidentales sont déjà concurrencées par les villes globales émergentes. Dans un monde demain encore bien plus urbain, cette concurrence sera exacerbée. »

Greg Clark, Global Cities, A Short History, Brookings Institution Press, 2016, 214 pages.

 

 

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité