publicité

UN PARFUM DE TYRANNIE

Abonné

 

Tu aimes tes collègues ? Kiffe-les !

29/03/2019 | par Philippe Nikonoff | Innovation

527-pessin-like

Longtemps, et parfois pour le pire, le management privé a imprégné la gestion du service public. Aujourd’hui, ce sont les méthodes des start-up qui font irruption. Avec ses injonctions au bonheur et au « kiff » qui laissent un goût amer.

On le sait, le modèle idéal en toute chose est celui du marché : le service public doit fonctionner selon les règles de l’entreprise, c’est-à-dire selon des critères de productivité et de rentabilité. On peut rétorquer qu’on voit mal la productivité d’un orchestre symphonique (plus de notes à la minute ?), d’un militaire (plus de guerres ?), d’un juge (plus de jours d’emprisonnement ?). On voit mal également la rentabilité de l’Éducation nationale (selon le principe : « l’éducation coûte cher ? essayons l’ignorance ! »).

La réalité est plus complexe et l’action publique ne visant pas la rentabilité (1), elle ne peut pas exploiter des indicateurs aussi simples car adaptés à une logique simple (dégager une marge financière) et non collective et complexe (faire société).

On voit pourtant cette logique se diffuser sans filtre ni réflexion sérieuse et cette fascination se répandre. Le management est de plus en plus inspiré de ce qui marche si mal dans le privé : souffrance au travail ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité