publicité

DOUBLE PEINE

 

François Cornut-Gentille : « Les moyens de la politique de la ville ne peuvent combler ce déficit de services publics »

26/03/2019 | par Stéphane Menu | Actualités

527-itw_cornut-gentille

Dans un rapport rendu public en mai 2018 (« La République en échec »), les députés François Cornut-Gentille (LR) et Rodrigue Kokouendo (LREM) dénonçaient un État « inégalitaire et inadapté » en Seine-Saint-Denis. Un rapport atypique qui démonte une idée reçue à la peau bien racornie : non, l’État ne fait pas plus pour ce département. C’est même le contraire.

Vous dites qu’en Seine-Saint-Denis, la République est dans le déni. Comment ce dernier se manifeste-t-il ?

On nous dit souvent que l’argent coule à flots dans les banlieues pour réduire les inégalités. Il est vrai que l’Anru mobilise pas mal d’investissements, notamment en Seine-Saint-Denis. Mais qu’en est-il des fonctions régaliennes de l’État ? Éducation, santé, justice, sécurité… Un habitant de Seine-Saint-Denis bénéficie-t-il du même service public qu’un autre habitant français ? La réponse est presque dans la question… Le rapport que nous avons réalisé avec Rodrigue Kokouendo n’est pas resté sans suite. Fait rare, un débat a été spécifiquement organisé à l’Assemblée nationale sur le sujet en présence de quatre ministres, Nicole Belloubet pour la justice, Laurent Nuñez pour la sécurité, Jean-Marie Blanquer pour l’éducation et Julien Denormandie pour le logement.

 

« C’est le droit commun qui est défaillant et les moyens de la politique de la ville ne peuvent combler ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité