publicité

RÉALITÉ PARTAGÉE

Abonné

 

Faut-il vraiment être factuel ?

17/05/2019 | par Maurice Thévenet | E=MC²

motivational concept of brave bunny ©serpeblu

Comme une injonction, s’en tenir aux faits semble commander nos actes quotidiens de management. Mais ce besoin de certitude fonctionne souvent comme une illusion si on ne travaille pas d’abord à forger une réalité commune à tous les acteurs.

« Il faut être factuel ! » est une injonction fréquente de tous les séminaires de management, voire la solution universelle à tous les problèmes rencontrés dans le domaine. Vous voulez résoudre un conflit, cantonnez-vous aux faits ; lors d’un entretien d’évaluation des performances ou de recadrage, nourrissez votre appréciation de faits ; vous vous risquez à envoyer un mail, attention à ne mentionner que des faits objectifs, mesurés et contrôlables !

Les faits constitueraient l’assurance tous risques de l’acte managérial, une précaution sur le terrain dangereux des relations humaines, un engrais pour résoudre efficacement les problèmes de personnel.

 

Une dimension illusoire

Mais qu’entend-on par « être factuel » ? C’est mettre en évidence la réalité, plutôt que des opinions ou des émotions ; ce sont en effet les deux notions auxquelles sont opposés les faits. C’est dire la difficulté alors que tout le monde a une opinion sur tout en pleine période d’exhibitionnisme émotionnel : la ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité