publicité

FALLAIT QUE ÇA BOUGE

 

Les vrais enjeux derrière la fin de l’ENA

16/08/2019 | par Jean-Jacques Roux | Actualités

530_ENA © ab-photodesign - adobestock

L’ENA a été le symbole du mérite et de l’égalitarisme républicain. Elle est désormais celui d’une élite qui ne sait plus partager. Mais plutôt qu’à ce symbole, on devrait s’attaquer aux multiples plafonds de verre qui verrouillent notre société.

«Passer du Capitole à la Roche tarpéienne »… Jamais cet adage n’a eu autant de pertinence et d’acuité pour synthétiser la situation de l’ENA.

Hier symbole de l’excellence française, antichambre des grandes carrières parisiennes aussi bien dans les domaines économiques que dans ceux de la Haute administration et de la politique, l’ENA est aujourd’hui vouée aux gémonies, honnie en tant que symbole de la société fermée, aujourd’hui insupportable avec son cortège d’inégalités sociales, de l’entre-soi culturel, du parisianisme sectaire et des conflits d’intérêts pantouflards (un comble pour les gens qui n’ont jamais mis les pieds en Charente).

 

Lire aussi l’interview de Fabien Tastet

 

Des exigences devenues des impératifs

Pourquoi ce basculement ? Parce ce que, entre-temps, se sont amplifiées les sensibilités issues des exigences relatives à l’égalité des chances (la France méritocratique étant un des pays de l’OCDE corrigeant le moins les ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité