publicité

COUP DE POUCE

 

Le Rallye des fermes (saison 2)

23/08/2019 | par Denis Courtois | Toute l'actualité

530-lasserpe-agriculture

Dans le Sud Touraine, comme ailleurs, le monde agricole peine à se renouveler. Les exploitants ne trouvent pas de successeurs. Communication à l’appui, la communauté de communes a décidé de faire découvrir aux éventuels successeurs les possibilités de reprises.

Article publié le 18 juillet 2019

 

La communauté de communes Loches Sud Touraine (67 communes) est confrontée – elle n’est pas la seule – au vieillissement de sa population d’exploitants agricoles. Plus de la moitié des exploitations comptent un gérant âgé de plus de 50 ans et c’est principalement chez les éleveurs que l’absence de repreneurs pose problème. Il s’agit d’un enjeu sur ce territoire où l’agriculture constitue un vecteur d’identité important et représente 10 % des emplois du territoire.

 

2 jours pour découvrir les opportunités d’installation

C’est pour répondre à ces difficultés qu’après une première édition réalisée en novembre ayant rassemblé une dizaine de candidats, le Rallye des fermes a réuni, les 5 et 7 avril, des candidats repreneurs, dont la majorité est issue de l’extérieur du département. Deux jours de visite sur place de fermes d’élevage « en cession », de rencontres avec des partenaires associés, dont la Laiterie de Verneuil-sur-Indre, ont ainsi été organisés par la chambre d’agriculture et la communauté de communes.

 

La prospection se fait principalement en France et en Belgique

 

Ces jours deviennent des accélérateurs de projet pour les participants qui peuvent ainsi échanger et partager sur les questionnements et la concrétisation de leur projet. C’est d’ailleurs sur la base des témoignages recueillis à l’issue de la précédente opération que cette reconduction a été envisagée. La prospection se fait principalement en France et en Belgique en partenariat avec la chambre d’agriculture avec laquelle la communauté de communes a signé une convention.

 

Lire aussi : Redonner un sens à la préservation des terres agricoles

 

Un sentiment de désenchantement

La forte présence de conseillers communautaires issus du monde agricole et y travaillant n’est sans doute pas pour rien dans la mise en place d’une action volontariste. Une enquête récente sur le nombre d’exploitants en phase de transmission a confirmé un certain sentiment de désenchantement : la profession n’attire plus (surtout en élevage), les enfants sont dissuadés et beaucoup d’exploitants ont baissé les bras.

 

Cette action trouve sa place dans le cadre d’une politique globale en direction du monde agricole

 

Face à cette prise de conscience collective, dépassant le monde agricole, les actions pour enrayer ce phénomène ont été lancées, dont certaines se calquent sur celles, qui semblent en partie comparables, menées envers des artisans ou des commerçants. D’autant que la baisse de producteurs laitiers compromet également la situation d’acteurs de l’agroalimentaire actifs et renommés sur ce territoire. Le service de développement économique a donc mobilisé des moyens humains sur cette problématique.

 

Valoriser l’image de l’agriculteur

« La communication n’est pas la vocation des agriculteurs » explique Régine Rézeau, vice-présidente de la communauté de communes en charge de l’Économie rurale et solidaire, elle-même éleveuse. Les syndicats agricoles qui sont, légitimement, dans la revendication peuvent donner une image trop pessimiste d’une agriculture qui ne réussit pas, ajoute-t-elle. C’est pourquoi, la communauté de communes fait des reportages sur les entreprises agricoles de son territoire en montrant, dans la revue de presse Sud Touraine Active, toutes les facettes de leurs activités pour mettre en lumière les personnes qui travaillent dans ce secteur et qui en vivent.

 

Lire aussi : Fabien Bazin : « il faut que les maires ruraux arrêtent de se plaindre »

 

Développer de la valeur ajoutée sur les exploitations

Cette action trouve sa place dans le cadre d’une politique globale en direction du monde agricole : outre les diagnostics lancés pour développer les maillages dans le domaine des circuits courts, des actions sont menées pour développer de la valeur ajoutée sur les exploitations avec la valorisation de sous-produits, la recherche de partenariats entre céréaliers et éleveurs et le développement d’agromatériaux dans le cadre d’une filière écoconstruction identifiée à l’échelle régionale.

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité