METTRE LES MAUX EN MOTS

Abonné

 

Amener la victime de harcèlement à libérer sa parole pour l’aider à comprendre la situation

06/09/2019 | par Élisabeth Provost-Vanhecke | E=MC²

manager-harcele2 ©ra2 studio-adobestock

Un manager qui vient de prendre ses fonctions, des équipes qui lui demandent d’intervenir pour un rien… la situation vire au cauchemar. Que se passe-t-il vraiment ? Comment réagir ? Une aide extérieure peut permettre de répondre à ces questions et à sortir de l’impasse.

Dans l’article précédent, Margot, DGS, est harcelée par son équipe. Après une prise de conscience difficile de cette réalité, elle est bloquée pour en parler. C’est trop difficile… et par où commencer ? Lors d’une formation, elle rencontre une amie, Anne, conseillère sociale dans une autre collectivité. Anne a remarqué le comportement en difficulté de Margot. Elle décide de l’aider à libérer sa parole et peut-être, si elle y consent, de l’amener à réaliser un prédiagnostic de la situation. Pour cela, la conseillère sociale emploiera une forme de langage particulier, celui de la neutralité bienveillante sans jugement ni remarque personnelle.

 

Se mettre enfin à parler

La journée de formation se déroule sans heurt mais la DGS ne participe pas aux ateliers. Elle semble repliée sur elle-même dans un état d’inconfort… Anne décide de l’aider à libérer sa parole. Elle s’adresse à son amie : « Lors de la formation, j’ai remarqué que tu n’as pas participé. Ton comportement a changé ; de la ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?