RENDONS-LUI JUSTICE

Abonné

 

Être Machiavelien sans être machiavélique

13/12/2019 | par Jacques Prentout | Perso

machiavel ©Love the wind - adobestock

Le Florentin a parlé avant tout le monde du management. Loin des idées reçues, il a théorisé les peurs liées à l’incertitude et le besoin d’innovation dans les organisations humaines. Un propos réaliste, selon l’image qu’on a de lui, mais résolument moderne.

 

Il y a tout juste 550 ans, naissait un des penseurs qui allait révolutionner la gestion publique : Nicolas Machiavel. L’auguste Florentin, en s’adressant aux princes de la Renaissance, a, par-delà les âges, beaucoup à nous dire sur les finalités et les outils du gouvernement des hommes, soit, en un mot qui n’existait pas encore, le management. Secrétaire de chancellerie dans une Florence du XVIe siècle riche en intrigues, diplomate et organisateur d’armées ; pour peu que l’on dépasse la légende noire forgée au Temps des Lumières, celui du cynisme sans scrupule et de la raison d’État aveugle, Machiavel se révèle une source d’inspiration d’une incroyable modernité pour les managers territoriaux d’aujourd’hui. Bref voyage dans ses enseignements.

 

La tendance au délitement d’une organisation doit être contrebalancée par l’innovation, qui mobilise vers de nouveaux objectifs

 

Le monde selon Machiavel

Schématiquement, le monde ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?