JUSQU'OÙ NE PAS ALLER TROP LOIN

 

Faut-il supprimer l’éditorial du maire en période électorale ?

13/01/2020 | par Meggane Bonato, Pierre-Stéphane Rey | Juridique

interview-851440_640 ©im Heimbuch_Pixabay

On ne peut pas faire comme si on n’était pas en période électorale, municipale qui plus est. L’habituel éditorial du maire doit donc se mettre en sourdine, évitant ainsi de transmettre toute conviction appuyée. Une ligne d’équilibre qu’éclaire la jurisprudence. À défaut, le risque est là.

La question de la communication institutionnelle en période électorale demeure sensible et plus particulièrement celle effectuée dans une commune où le maire est candidat à sa réélection. Dans un tel cas de figure, une des problématiques les plus récurrentes est celle du sort à réserver à l’éditorial du maire, inséré au sein des bulletins municipaux publiés pendant la période électorale et/ou publiés sur le site internet officiel de la commune.

 

Depuis le 1er septembre dernier, les campagnes de promotion publicitaire des réalisations ou de la gestion des communes sont prohibées

 

Quelques précautions méritent alors d’être mises en œuvre. Certaines collectivités optent pour la suppression pure et simple de l’éditorial du maire. Une telle mesure est-elle juridiquement requise ? S’avère-t-elle nécessaire en pratique ? En somme, faut-il, ou non, supprimer l’éditorial du maire en période électorale ?

 

Un cadre légal simple

Les dispositions de l’article ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?