publicité

NON MAIS OUI

Abonné

 

Le quiz du manager : À quoi bon…

14/01/2020 | par Franck Plasse | Innovation

question-mark-2492009_640 ©Arek Socha_Pixabay

D’un côté, les gens qui disent non n’ont pas de raison de dire oui la prochaine fois. De l’autre, ceux qui essuient un refus répètent rarement leur demande. Et si tout ça n’était que faux-semblant ?

Expérience

Avec deux collègues, Vanessa Bohns et Francis Flynn, Daniel Newark, professeur assistant en management et ressources humaines à HEC et chercheur au CNRS, a piloté un groupe d’étudiants demandant à des passants s’ils acceptaient de répondre à un questionnaire. Quand ceux-ci répondaient non, Daniel Newark interrogeait l’étudiant débouté : « Penses-tu que cette personne serait disposée à déposer un de tes courriers à la poste ? ». 82 % des participants estimèrent que la personne qui venait de rejeter leur première demande ferait de même avec la seconde. Vérification fut faite…

 

Selon vous, quel pourcentage de personnes ayant refusé de faire le sondage refusa également de déposer ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité