UN PROJET BIEN CHORÉGRAPHIÉ

 

Santa Fe : un nouveau quartier pour une nouvelle ville

16/01/2020 | par Marjolaine Koch | Actualités

©Ari_AdobeStock_227580117

En réhabilitant une gare historique et son quartier, peu exploités jusque-là, la ville argentine de Santa Fe en a profité pour repenser les connexions entre les quartiers environnants et pour injecter une bonne dose de mixité sociale et de considération environnementale, afin de moderniser la ville et son image dans son ensemble.

Pour la municipalité de Santa Fe, le constat est cru : la ville est souvent inondée lors des grandes pluies, de nombreux terrains vagues émaillent les quartiers du centre, la ville pâtit d’un manque d’investissement et de diversification économique et le taux de chômage chez les jeunes est inquiétant. Des projets ont déjà été lancés pour tenter de remédier à ces problèmes, dont la réhabilitation de la gare de Belgrano, abandonnée depuis quinze ans, devenue centre de convention après des travaux lancés en 2008.

 

Santa Fe, caractéristiques
Santa Fe est située à 475 km de Buenos Aires, sur les berges du Rio Salado. Elle est la capitale provinciale d’une région dynamique, tant sur le plan industriel, qu’économique et agricole. Même si elle n’est pas en bord de mer, elle reste une ville portuaire stratégiquement située pour le commerce maritime grâce aux voies fluviales. Lieu de naissance de la constitution nationale Argentine, son héritage culturel et historique est fort. La ville compte 3 universités et 14 instituts scientifiques et techniques, la plaçant favorablement au niveau national sur le plan de l’innovation et de l’entreprenariat.
650 000 personnes vivent dans la ville et son agglomération : Santa Fe est la 7e ville du pays en termes démographiques. Le taux de pauvreté est de 26,9 % dans le grand Santa Fe, quand la moyenne nationale est à 28,6 %, selon l’Indec (Institut national de statistiques Argentin).

 

Un modèle de gestion collaboratif

Mais il manque une vision d’ensemble. Celle-ci sera dévoilée en juin 2017, avec l’élaboration d’un plan général pour la ville. Après une longue étude, cette stratégie globale vise à rénover les habitats, à investir dans l’aéroport, dans les ponts et les connexions routières de la ville, dans la modernisation des parcs industriels et logistiques et surtout, dans ce quartier central situé autour de la gare de Belgrano, délaissé jusque-là.

 

Ce projet d’aménagement ne se contente pas de travailler sur les abords de la gare

 

Véritable pivot du plan général, ce projet d’aménagement ne se contente pas de travailler sur les abords de la gare mais sur un ensemble plus vaste et sur sa connexion avec les autres quartiers. Car la plupart des terrains environnants appartiennent au gouvernement national, administré par l’AABE, l’Agence d’administration des propriétés d’État. La municipalité a donc travaillé son plan en collaboration avec l’AABE et les acteurs déjà présents sur le site, entreprises, associations et représentants des habitants. C’est la première fois qu’un modèle de gestion collaboratif est mis en place entre les différentes agences territoriales et gouvernementales, et des acteurs privés. Cette démarche a donc nécessité d’éliminer les chevauchements, d’améliorer l’interaction entre les agences et de procéder à l’élaboration de démarches de coordination des interventions – le projet est encore en cours – et les ajustements progressifs.

 

Lire aussi : Medellín, la résurrection de la ville

 

Des logements fonctionnels

Une fois cette étape de la rédaction du projet franchie, un comité ad hoc composé de membres du secteur privé, d’associations, d’académiques et d’associations locales a procédé à l’étude de la proposition et a pu l’amender avant validation. Ce protocole a permis de laisser la parole à chaque partie prenante et d’élaborer un projet validé par l’ensemble des acteurs, qui s’intègre dans la ville, tout en répondant à certaines problématiques.

 

L’objectif est d’éviter un fatal processus de gentrification qui repousserait les anciens habitants précaires vers des zones périphériques

 

Jusque-là, une soixantaine de familles riveraines vivaient dans des logements précaires ou des squats de ce quartier sous-exploité. Elles sont prises en compte et pourront intégrer des logements fonctionnels, aux côtés de 2 500 familles qui rejoindront elles aussi ce nouveau quartier. L’objectif, avec cette démarche, est d’éviter un fatal processus de gentrification qui repousserait les anciens habitants précaires vers des zones périphériques de la ville. Ils pourront eux aussi bénéficier de cette réhabilitation, et peut-être même améliorer leur vie professionnelle.

 

Quel impact attendu sur la ville ?
Santé, bien-être des habitants : les logements précaires et insalubres laissent place à des logements neufs, les résidents du quartier sont relogés sur place. De même, les terrains vagues sont transformés en espaces verts et espaces publics. Exit les terrains vagues, les aménagements offerts aux habitants leur offrent plus d’options et améliorent leur vie quotidienne.
Économie, société : en prenant soin de ne pas gentrifier le quartier, en améliorant la mixité sociale, le projet vise à créer des communautés plus solidaires qui pourront développer un plus grand sentiment d’appartenance et d’identité commune. Les investissements pour développer ce nouveau quartier devraient booster l’économie tout entière de la ville, et donner confiance aux investisseurs potentiels.
Infrastructures et environnement : ce projet de développement d’un nouveau quartier sur un site historique a offert à la ville l’opportunité de repenser les liens avec les quartiers environnants pour mieux les connecter entre eux, alors qu’ils étaient isolés et fragmentés jusque-là.
Stratégie et leadership : ce projet offre à la ville la possibilité de tester de nouveaux développements urbains en intégrant plus de participation de la part des acteurs locaux : les communautés, la municipalité, les organisations provinciales et nationales qui travaillaient jusque-là de manière déconnectée, ont appris à travailler ensemble, pour la première fois à Santa Fe.

 

Un « hub » du tourisme d’affaires

Le site est donc envisagé pour le développement d’usages mixtes. Le plan général prévoit une répartition équitable : 30 % de parcelles dédiées à l’économie et au commerce, 35 % aux espaces publics et aux espaces verts et 35 % aux logements abordables, aux rues et aux autres usages. Le fort pourcentage alloué aux espaces verts reflète l’objectif de la ville de disposer en plein centre d’un poumon vert, bénéfique au confort des habitants et à la métropole, notamment pour lutter contre les inondations régulières.

 

Le fort pourcentage alloué aux espaces verts reflète l’objectif de la ville de disposer en plein centre d’un poumon vert

 

Ce nouvel aménagement est aussi un moyen de faire passer le nouveau centre de convention installé dans la gare historique à la vitesse supérieure. Agrandi, il deviendra le fer de lance de la stratégie économique de la ville, qui souhaite devenir un « hub » du tourisme d’affaires. Le nouveau quartier lui permet d’implanter des hôtels haut de gamme, dont l’offre était jusque-là limitée dans la ville, ne permettant pas d’attirer de grands événements. Avec ce développement, la municipalité espère aussi un impact sur l’emploi des jeunes dans ces filières hôtelières.

Haute valeur ajoutée pour la ville, cette station historique, dont la façade et les attributs architecturaux ont été préservés, devient un véritable atout à grande échelle en s’offrant un environnement propice à son éclosion. Santa Fe devient ainsi éligible à l’organisation d’événements non plus uniquement régionaux, mais aussi nationaux et internationaux, ce qui devrait impacter notablement l’économie locale.

 

Lire aussi : « In Jackson Heights », la population lutte contre la gentrification

 

 

 

 

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>